Le pape lance un message d'espoir dans une prison bolivienne

le , mis à jour à 18:58
0

SANTA CRUZ, Bolivie, 10 juillet (Reuters) - Le pape François, poursuivant sa visite en Amérique latine, s'est rendu vendredi dans la prison de haute sécurité de Palmasola, dans le département de Santa Cruz, en Bolivie, l'un des établissements pénitentiaires les plus durs du continent, où il a appelé les détenus à rejeter la violence et à ne pas perdre espoir. En août 2013, une émeute à Palmasola avait fait une trentaine de morts. "L'homme qui se tient devant vous est un homme qui a connu le pardon. Un homme qui a été et qui est sauvé de ses nombreux péchés", a dit le chef de l'Eglise catholique à des centaines de prisonniers et à leurs enfants. "Voilà qui je suis. Je n'ai pas grand chose d'autre à vous donner ou à vous offrir, mais je veux partager avec vous ce que j'ai et ce que j'aime. C'est Jésus-Christ, la miséricorde du Père", a-t-il poursuivi, alors que deux enfants montaient sur l'estrade pour s'asseoir près de lui. "Je vous demande, s'il vous plaît, de continuer à prier pour moi parce que, moi aussi, j'ai fait des erreurs et je dois aussi faire pénitence." A Palmasola, les gardiens assurent la sécurité du périmètre de cette "ville-prison" mais ne s'occupent guère de ce qui se passe à l'intérieur, où vivent quelque 3.500 détenus. L'un des plus vieux prisonniers, incarcéré depuis 1997, en a parlé comme de "Sodome et Gomorrhe". Le pape argentin a affirmé que les gardiens devaient respecter les prisonniers. "C'est leur responsabilité d'élever et non de rabaisser, de rendre la dignité et non d'humilier, d'encourager et non d'infliger des privations", a-t-il dit. Il a appelé pour leur part les prisonniers à rechercher une "véritable fraternité". "N'ayez pas peur de vous aider les uns les autres. Le diable recherche les rivalités, les divisions, les bandes. Continuez à progresser..." "J'ai vu comment la douleur n'étouffe pas l'espoir au fond du coeur humain et comment la vie continue et trouve de nouvelles forces même au milieu des difficultés." Le pape devait ensuite rencontrer les évêques de Bolivie avant de partir pour le Paraguay, dernière étape de sa tournée sud-américaine. (Sarah Marsh et Philip Pullella, avec Diego Ore, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant