Le Pape invite l'Israélien Peres et le Palestinien Abbas à Rome

le
0
Le Pape invite l'Israélien Peres et le Palestinien Abbas à Rome
Le Pape invite l'Israélien Peres et le Palestinien Abbas à Rome

Le Pape François a poursuivi dimanche une tournée au Proche-Orient remplie de symboles. Le souverain pontife, qui est arrivé en Israël ce dimanche après-midi, après une escale en Jordanie samedi, a passé la matinée à Bethléem en Cisjordanie, lieu de naissance de Jésus, sur le sol de l'Etat de Palestine. 

François a touché le mur de la séparation

Tout un symbole. Le pape François a concrètement touché du doigt dimanche à Bethléem la réalité du conflit israélo-palestinien en posant ses mains sur la barrière de séparation israélienne et appelé à mettre fin à une situation «inacceptable, pour le bien de tous». Arrivé de Jordanie en hélicoptère militaire à Bethléem, lieu de naissance de Jésus, le Pape a aussitôt été reçu avec tous les honneurs dans l'Etat de Palestine, que le Vatican a reconnu, par le président Mahmoud Abbas, qui l'a embrassé, et un parterre de dignitaires palestiniens. A cette occasion, Mahmoud Abbas a accusé Israël de tenter de «changer l'identité et le caractère de Jérusalem-Est et asphyxier sa population palestinienne, chrétienne et musulmane, afin de la chasser» de la ville.

VIDÉO. A Bethléem, le pape s'arrête au mur de séparation

Le pape François invite Peres et Abbas à venir prier au Vatican

A l'occasion de ce pèlerinage, le pape a invité dimanche le président israélien Shimon Peres et son hôte palestinien Mahmoud Abbas à venir au Vatican pour prier avec lui pour la paix, dimanche à la fin de la messe célébrée à Bethléem, dans les Territoires palestiniens. «J'invite le président Peres et le président Abbas à élever avec moi une intense prière (....) J'offre ma maison au Vatican pour accueillir ce moment de prière» pour la paix en Terre Sainte, a-t-il précisé. Mahmoud Abbas a accepté l'invitation du Pape et se rendra le 6 juin au Vatican. Shimon Peres a pour sa part «salué l'invitation du pape François», selon son porte-parole, qui n'a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant