Le pape invite chaque paroisse d'Europe à accueillir des réfugiés

le
2

CITE DU VATICAN, 6 septembre (Reuters) - Le pape François a invité dimanche chaque paroisse et communauté religieuse d'Europe à accueillir une famille de réfugiés dans un geste de solidarité. "J'appelle les paroisses, les communautés religieuses, les monastères et sanctuaires de toute l'Europe à (...) recevoir une famille de réfugiés", a déclaré le chef de l'Eglise catholique. Les deux paroisses du Vatican donneront l'exemple en accueillant dans les prochains jours chacune une famille de réfugiés. L'appel du pape intervient alors que la crise a changé de nature ce week-end à la suite de la décision de l'Autriche et de l'Allemagne d'ouvrir leurs frontières aux milliers de réfugiés qui étaient bloqués en Hongrie. Des dizaines de milliers de paroisses catholiques se trouvent en Europe. Pour la seule Italie, on en compte plus de 25.000; en Allemagne, il y en a 12.000. En France, selon le quotidien La Croix, il y en aurait environ 15.000. Dans une déclaration publiée vendredi, Mgr Renauld de Dinechin, évêque auxiliaire de Paris et responsable de la pastorale des migrants au sein de la Conférence des évêques de France, appelait "tous les catholiques et hommes de bonne volonté à apporter leur soutien et à ouvrir leur coeur vers leurs frères afin que leur errance vers une meilleure vie ne les amène plus à la mort". Le sort des réfugiés et des migrants est au coeur du message du pape François, qui effectua en 2013 son premier déplacement hors du Vatican après son élection sur le trône de Saint-Pierre sur l'île italienne de Lampedusa, à mi-chemin entre la Sicile et la Tunisie, où nombre de réfugiés et de migrants arrivent par bateau. Accueillir des familles de réfugiés, a-t-il insisté dimanche, sera un "geste concret" en préparation à l'Année Sainte qui débute le 8 décembre. Dans un autre message diffusé dimanche, une lettre adressée à l'occasion d'une rencontre interreligieuse pour la paix organisée en Albanie par la communauté de Sant'Egidio, le pape François, petit-fils d'Italiens immigrés en Argentine, fait également référence à la crise, et notamment au mur que la Hongrie édifie à sa frontière avec la Serbie. "C'est une violence d'élever des murs et des barrières pour celui qui cherche un lieu de paix. C'est une violence de rejeter celui qui fuit de conditions inhumaines dans l'espérance d'un futur meilleur", écrit-il dans cette lettre. LIEN Pour retrouver LE POINT sur les divisions européennes face à l'arrivée des migrants: ID:nL5N11B061 (Isla Binnie; Jean-Philippe Lefief et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6418959 le lundi 7 sept 2015 à 08:38

    Faites ce que je dis, pas ce que je fais. Bien les paroles, et les actes. Que feraient les soldats suisses du Vatican, si les migrants voulaient s'y établir.

  • lolin le lundi 7 sept 2015 à 08:02

    Combien va t-il en prendre au Vatican?