Le pape impute le terrorisme aux injustices et à l'argent roi

le
0
    A BORD DE L'AVION PAPAL, 1er août (Reuters) - Il est injuste 
d'associer l'Islam à la violence et il faut rechercher les 
causes du terrorisme dans les injustices sociales et dans le 
culte de l'argent, a déclaré dimanche le pape François à bord de 
l'avion papal qui le ramenait en Italie. 
    "Je sais qu'il est dangereux de le dire, mais le terrorisme 
s'épanouit lorsqu'il n'y a pas d'autres options et lorsque 
l'argent devient dieu et que c'est lui qui est au centre de 
l'économie du monde et non la personne", a dit le pape. 
    "C'est la première forme de terrorisme. C'est du terrorisme 
contre toute l'humanité." 
    En s'envolant mercredi pour Cracovie, François a jugé que le 
meurtre du prêtre français Jacques Hamel et que toutes les 
autres attaques étaient la preuve que le "monde est en guerre" 
tout en estimant que cette guerre n'avait pas été provoquée par 
la religion. 
    Le manque d'opportunités économiques en Europe pour les 
jeunes est également une cause du terrorisme, a déclaré le pape. 
    "Je me demande pourquoi tant de jeunes européens ont été 
privés d'idéaux, ne travaillent pas. Alors, ils se tournent vers 
la drogue, l'alcool ou s'engagent dans l'EIIL (l'acronyme 
désignant l'ancienne appellation de l'organisation Etat 
islamique)", a-t-il dit. 
    "Je pense qu'il n'est pas juste d'identifier l'Islam à la 
violence", a-t-il déclaré à la presse de retour de Pologne où il 
a participé aux Journées mondiales de la jeunesse.  
    "Ce n'est pas juste et ce n'est pas vrai." 
    Le souverain pontife répondait à une question portant sur 
l'assassinat du père Jacques Hamel, tué par deux extrémistes 
musulmans alors qu'il célébrait une messe. L'attaque a été 
revendiquée par l'organisation Etat islamique. 
    "Je pense que dans presque toutes les religions, il y a 
toujours un petit groupe fondamentaliste", a-t-il dit. "Il y en 
a chez nous", a-t-il dit, évoquant le catholicisme. 
    "Je n'aime pas parler de violence islamique parce qu'à 
chaque fois que j'ouvre les journaux, je vois de la violence en 
Italie; l'un tue sa petite ami, l'autre tue sa belle-mère. Tous 
ont été baptisés dans la foi catholique", a souligné François. 
    "Si je parle de violence islamique, alors je dois parler de 
violence catholique. Tous les musulmans ne sont pas violents", 
a-t-il ajouté. 
 
 (Philip Pullella,; Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant