Le pape François simplifie la procédure de nullité du mariage

le
2
LA PROCÉDURE DE RECONNAISSANCE DE LA NULLITÉ DU MARIAGE CATHOLIQUE SIMPLIFIÉE
LA PROCÉDURE DE RECONNAISSANCE DE LA NULLITÉ DU MARIAGE CATHOLIQUE SIMPLIFIÉE

par Philip Pullella

CITE DU VATICAN (Reuters) - Le pape François a annoncé mardi une réforme de la procédure de reconnaissance de nullité du mariage catholique et invité les évêques à soutenir davantage les couples divorcés.

Tout en réaffirmant le principe de l'indissolubilité du sacrement du mariage, François a décidé de simplifier la procédure de reconnaissance de la nullité dont la lourdeur, la longueur, le passéisme et le coût sont critiqués par de nombreux catholiques.

Dans le document publié sous la forme d'un Motu Proprio, un texte rédigé par le pape de sa propre initiative, le chef des catholiques supprime l'examen obligatoire de la reconnaissance de nullité d'un mariage par un tribunal diocésain et accorde des prérogatives élargies aux évêques afin qu'ils puissent juger rapidement des cas les plus simples.

Le "décret de nullité" du mariage, permet de faire reconnaître que l'union considérée n'a pas de valeur en raison du non respect des conditions préalables, qu'il s'agisse d'un défaut de consentement, d'une grande immaturité ou du refus de l'un des époux de procréer, par exemple.

Le pape François, qui a mis en place l'année dernière une commission d'experts chargée de le conseiller, a jugé que la procédure de reconnaissance de nullité du mariage devait être accélérée afin que les catholiques qui souhaitent bénéficier de cette procédure ne soient plus "opprimés par les ténèbres du doute".

La plupart des reconnaissances de nullité sont accordées au niveau local et seuls les cas les plus compliqués parviennent jusqu'à la Rote romaine, un tribunal ecclésiastique qui a ses locaux au Vatican. Selon le pape, ces procédures, parfois très onéreuses, doivent être gratuites.

Pio Vito Pinto, doyen de la Rote, a déclaré lors d'une conférence de presse que les nouvelles règles annoncées induisaient un bouleversement des règles sur la nullité du mariage sans précédent depuis la papauté de Benoît XIV, pape de 1740 à 1758.

Cette réforme était attendue de longue date par de nombreux couples qui ont divorcé et qui se sont remariés en dehors de l'Eglise qui ne reconnaît pas le divorce. Ceux qui se remarient lors de cérémonies civiles sont considérés comme toujours mariés à leur premier conjoint et vivant dans le péché ce qui leur interdit de recevoir les saints sacrements.

Beaucoup de couples et de prêtres dénonçaient des règles jugées obsolètes et compliquées et qui décourageaient ceux qui avaient des motifs légitimes pour réclamer que l'on déclare leur mariage nul.

La situation des catholiques divorcés et remariés soucieux de participer à la vie de l'Eglise est un vieux débat, particulièrement vif dans des pays comme l'Allemagne et les Etats-Unis. Ce débat aura d'ailleurs une place de choix lors du synode prévu le mois prochain au Vatican.

François se rend cette année aux Etats-Unis où plus de 23.000 demandes de reconnaissances de nullité du mariage ont été ouvertes, ce qui représente la moitié du total mondial, selon un département de recherche de l'université de Georgetown.

(Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ben2906 le mercredi 9 sept 2015 à 08:59

    c'est un jésuite et potentiel criminel de surcroît...

  • M3182284 le mardi 8 sept 2015 à 15:45

    Tailler la religion aux engouements du présent. C'est un club de popularité qu'il dirige?