Le pape François se défend d'être marxiste

le
0

ROME, 11 janvier (Reuters) - Le pape François appelle à plus de régulation des marchés financiers internationaux et se défend dans un entretien contre ceux qui estiment que ses critiques du capitalisme sont d'inspiration marxiste. "Les marchés et la spéculation financière ne peuvent pas bénéficier d'une autonomie absolue", explique-t-il dans une interview publiée par le journal italien La Stampa, dimanche, plaidant pour une moralisation de l'économie et une meilleure distribution des ressources dans le monde. "Nous ne pouvons pas attendre plus longtemps pour résoudre les causes structurelles de la pauvreté afin de guérir notre société d'une maladie qui ne pourra conduire qu'à de nouvelles crises", estime-t-il. Les conservateurs catholiques, en particulier aux Etats-Unis, ont critiqué ses déclarations antérieures sur l'économie, certains les jugeant ouvertement marxistes. Le pape argentin affirme, lui, qu'il ne fait qu'énoncer les enseignements de l'Eglise. "Si je reprenais certains sermons des premiers pères de l'Eglise au deuxième ou au troisième siècle concernant la manière dont était traitée la pauvreté, certains m'accuseraient de proférer une homélie marxiste", ajoute-t-il. "Le Nouveau Testament ne condamne pas la richesse mais l'idolâtrie de la richesse", poursuit-il. Le Saint-Père avait notamment dénoncé les salaires somptuaires et les bonus des banquiers les qualifiant de symptômes d'une économie fondée sur l'avidité. Il rappelait que la spéculation sur les matières premières alimentaires constituait un frein au combat contre la pauvreté et la faim dans le monde. (Philip Pullella; Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant