Le pape François « fu-rieux » contre le maire de Rome

le
0
Le pape François en entretien avec le maire de Rome, Ignazio Marino, ici en janvier 2015.
Le pape François en entretien avec le maire de Rome, Ignazio Marino, ici en janvier 2015.

À vouloir trop s'approcher du soleil, on risque de se brûler les ailes. La mésaventure est arrivée à Ignazio Marino, le maire de Rome, vertement remis à sa place par le pape François pour avoir tenté se faire de la pub aux frais du souverain pontife.

Le casus belli est la récente journée de la famille qui s'est déroulée à Philadelphie, lors du voyage historique de Jorge Mario Bergoglio aux États-Unis. Au cours de la cérémonie, le pape et son état-major ont eu la surprise de découvrir Ignazio Marino, ceint de son écharpe tricolore, au premier rang réservé aux personnalités. La présence de l'édile suscite une première polémique dans la presse transalpine. Que faisait le maire de Rome à Philadelphie alors que l'administration de la ville éternelle va à vau-l'eau ? Combien le voyage de Marino et de son équipe de trois personnes a-t-il coûté aux contribuables romains ?

« Il s'est comporté comme un crétin? »

Rien, toutefois, au regard de ce qui l'attend. Interrogé durant son vol de retour vers Rome sur la présence du maire à Philadelphie, le pape François déclare : « Je n'ai pas invité Marino et les organisateurs non plus. Je me suis renseigné. Il se professe catholique et il est venu spontanément. » Et d'ajouter, visiblement courroucé : « C'est clair ? » Touché-coulé, car Ignazio Marino avait eu la malencontreuse idée d'affirmer à la presse : « Je vais à Philadelphie à la demande...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant