Le pape François dénonce les violences commises au nom de Dieu

le
0
    NAIROBI, 26 novembre (Reuters) - Le pape François a plaidé 
jeudi en faveur du dialogue entre les religions en Afrique afin 
d'enseigner à la jeunesse que la violence et la haine ne 
pouvaient se justifier au nom de Dieu. 
    Le Saint-Père, qui a placé les divisions entre chrétiens et 
musulmans au centre de sa visite sur le continent africain, 
s'exprimait à Nairobi, capitale du Kenya, qui a été le théâtre 
de plusieurs attaques islamistes meurtrières ces dernières 
années. 
    Au cours de son voyage, le pape doit se rendre ensuite en 
Ouganda et en République centrafricaine, deux autres pays 
touchés par les conflits religieux. 
    "Trop souvent, la jeunesse est radicalisée au nom de la 
religion pour semer le désordre et la peur et pour déchirer le 
tissu même de nos sociétés", a déclaré François s'adressant à 25 
dirigeants musulmans et d'autres cultes religieux réunis à la 
nonciature apostolique de Nairobi. 
    "Le dialogue oecuménique et interreligieux n'est pas un 
luxe. Ce n'est pas quelque chose d'optionnel, c'est essentiel", 
a-t-il poursuivi. Le nom de Dieu "ne doit jamais être employé 
pour justifier la haine et la violence", a-t-il rappelé. 
    Le pape a évoqué l'attaque commise en septembre 2013 par des 
combattants du groupe islamiste somalien Al Chabaab contre le 
centre commercial de Westgate dans la capitale kényane ainsi que 
l'assaut qui a visé l'université de Marissa cette année. 
    Plusieurs centaines de personnes ont été tuées dans des 
violences à caractère religieux au cours des deux dernières 
années au Kenya, les chrétiens étant parfois visés pour leur 
appartenance religieuse. 
    Le président du conseil suprême des musulmans du Kenya, 
Abdullah El Busaidy, a lui aussi appelé à la coopération et à la 
tolérance entre les cultes. 
    "En tant que peuple d'un Dieu et de ce monde, nous devons 
nous lever et à l'unisson nous tenir la main pour toutes ces 
choses qui sont essentielles pour notre progrès collectif", 
a-t-il dit, ajoutant que les divergences doctrinales doivent 
être écartées. 
    Près d'un tiers des 45 millions de Kényans sont chrétiens et 
plusieurs dizaines de milliers d'entre eux étaient attendus 
jeudi pour assister à la messe que le souverain pontife a prévu 
de célébrer dans le centre de Nairobi. 
    François doit ensuite visiter dans la journée l'antenne 
locale des Nations unies dans la capitale kényane et devrait à 
cette occasion s'exprimer sur la question du réchauffement 
climatique. 
     
 
 (Philip Pullella et George Obulutsa; Pierre Sérisier pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant