Le pape François dénonce l'exil forcé des chrétiens «chassés du Moyen-orient»

le
1
Le pape François dénonce l'exil forcé des chrétiens «chassés du Moyen-orient»
Le pape François dénonce l'exil forcé des chrétiens «chassés du Moyen-orient»

Le pape François a dénoncé l'exil forcé des chrétiens «chassés du Moyen-orient», dans une allocution vidéo qui doit être diffusée samedi soir à Erbil à l'occasion d'une visite du cardinal Philippe Barbarin au Kurdistan irakien.

«Les chrétiens sont en train d'être chassés du Moyen-orient, dans la souffrance», s'est ému le souverain pontife qui a pointé la responsabilité des jihadistes du groupe Etat islamique (EI), sans toutefois les nommer. «C'est surtout par la faute d'un groupe extrémiste et fondamentaliste que ces communautés, spécialement les chrétiens et les yazidis, mais d'autres également, sont parties, et que toutes sont victimes de violences inhumaines à cause de leur identité ethnique et religieuse», a déclaré François. «Il semble que ces gens ne veuillent pas que nous soyons chrétiens», a-t-il ajouté.

L'offensive lancée début juin par l'EI en Irak a jeté des centaines de milliers de réfugiés sur les routes. Parmi eux, des dizaines de milliers de chrétiens mais aussi plusieurs milliers de Yazidis, une minorité habitant surtout le nord de l'Irak, ont trouvé refuge au Kurdistan. Certains ont réussi à gagner la France, grâce à un dispositif mis en place par le gouvernement.

VIDEO. En août, Fabius accueillait 40 réfugiés irakiens chrétiens

Des dignitaires musulmans et chrétiens ont exhorté jeudi les chrétiens du Moyen-Orient à ne pas fuir la région malgré les persécutions des groupes jihadistes, faisant écho à l'appel du pape à une condamnation des violences «terroristes» par les dirigeants musulmans.

Lors de sa visite au Kurdistan irakien, le cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, a visité samedi des camps de réfugiés majoritairement chrétiens dans le quartier chrétien de Aïnkawa. C'est le deuxième voyage du cardinal à Erbil cette année. Il s'y était déjà rendu en juillet après le jumelage des deux diocèses de Lyon et Mossoul, deuxième ville d'Irak tombée en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3609791 le dimanche 7 déc 2014 à 06:21

    Dramatique. La Guerre des religions se poursuit dans l'indifférence quasi générale.