Le pape François au Brésil : les services de sécurité sous pression

le
1
Le pape François au Brésil : les services de sécurité sous pression
Le pape François au Brésil : les services de sécurité sous pression

Ferveur et contestation entourent la visite au Brésil du pape François pour les Journée mondailes de la jeunesse (JMJ). Au deuxième jour de son voyage, l'enthousiasme entourant sa présence suscite des craintes accrues de débordements dans la foulée du mouvement social contre la vie chère et la corruption. D'autres manifestations sociales sont annoncées dans les prochains jours, dont certaines à proximité de la plage où auront lieu jeudi soir et vendredi soir des cérémonies des JMJ en présence du pape et de centaines de milliers de jeunes catholiques.

Au moins cinq interpellations. La police a dû disperser lundi soir avec des gaz lacrymogènes des manifestants en marge de la réunion de François avec la présidente Dilma Rousseff. Ils protestaient contre les 53 millions de dollars (40 millions d'euros) dépensés pour la visite du pape et les Journée mondiales de la jeunesse (JMJ). Des centaines de personnes couraient dans toutes les directions à proximité du palais Guanabara où siège le gouvernement de Rio de Janeiro. Un cocktail Molotov a été lancé en direction des forces de l'ordre. Au moins cinq manifestants ont été interpellés. Un photographe de l'Agence France-Presse (AFP), Yasuyoshi Chiba, a été légèrement blessé d'un coup de matraque à la tête par un policier.

La voiture du pape bloquée par des fidèles. Cette manifestation a conduit les services de sécurité à changer in extremis le programme du pape, en le faisant monter dans un hélicoptère pour aller du centre-ville au palais Guanabara. Auparavant, la voiture dans lequel François avait décidé de faire un tour du centre-ville avait été bloquée à plusieurs reprises par des fidèles enthousiastes, suscitant les craintes de son entourage. Le souverain pontife était resté imperturbable et souriant, goûtant le contact avec la foule.

Caisse de résonnance. Avant la visite, le Vatican avait fait savoir qu'il n'avait pas d'inquiétude dans la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • python75 le mardi 23 juil 2013 à 09:46

    Mais pourquoi cette sur-protection??? S'il est si bien ce pape... dieu le protégera des méchants...