Le pape François appelle les catholiques à ne pas procréer «comme des lapins»

le
0
Le pape François appelle les catholiques à ne pas procréer «comme des lapins»
Le pape François appelle les catholiques à ne pas procréer «comme des lapins»

Il a parlé clair. Voire cru. «Certains croient, excusez-moi du terme, que, pour être bons catholiques, ils doivent être comme des lapins», a déploré le pape François, ce lundi, pour... défendre la position de l'Eglise sur la «paternité responsable».

«L'ouverture à la vie est une condition du sacrement de mariage», a certes rappelé le pape lors d'une conférence de presse dans l'avion qui le ramenait à Rome après un voyage aux Philippines. Mais, a-t-il aussitôt ajouté, «cela ne signifie pas que les chrétiens doivent faire des enfants en série».

Et d'assurer qu'il a lui-même «fait des reproches à une femme, enceinte du huitième après sept césariennes». «Vous voulez laisser orphelin sept enfants!», lui a lancé lancé le pape. Même si «pour les pauvres, l'enfant est un trésor», «l'exemple de cette femme, c'est de l'irresponsabilité», a-t-il poursuivi.

Il s'élève aussi contre le «malthusianisme»

Mais le souverain pontif s'élève aussi contre le «malthusianisme» qui réduit le taux de natalité. A Manille, il a ainsi fermement défendu le pape Paul VI et son opposition à la contraception médicale dans l'encyclique Humanae Vitae en 1968.

«Paul VI s'inquiétait du néo-malthusianisme universel» qui «cherchait un contrôle de l'humanité», a expliqué François dans l'avion. «Il était un prophète», a-t-il plaidé, relevant que le versement des retraites et le renouvellement des populations était menacé dans de nombreux pays développés.

«La parole-clé que l'Eglise défend est : paternité responsable. Comment se réalise-t-elle? Par le dialogue. Il existe dans l'Eglise des groupes matrimoniaux, des experts, des pasteurs», a insisté le pape. Il a par ailleurs une nouvelle fois dénoncé «la colonisation idéologique» contre la famille traditionnelle, dénonçant en particulier le fait qu'il y a 20 ans en Argentine, un prêt pour la construction d'écoles ait été conditionné à l'usage ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant