Le Pape dénonce «le fétichisme de l'argent»

le
0
Devant des ambassadeurs, le Pape a attaqué dans un discours d'une rare vigueur la «nouvelle tyrannie invisible» d'une finance et économie «sans visage».

Envoyé spécial à Rome

Le pape François n'a pas fait de diplomatie en recevant, jeudi au Vatican, les lettres de créance de quatre nouveaux ambassadeurs, dont celui du Luxembourg. Il s'est lancé comme aucun de ses prédécesseurs n'avait osé - pas même Jean-Paul II - dans une dénonciation extrêmement vigoureuse du «fétichisme de l'argent», de la «dictature de l'économie sans visage» qui crée une «nouvelle tyrannie invisible» dont les «pauvres» font les frais.

Assurant que «le Pape aime tout le monde: les riches comme les pauvres», il a conclu ce réquisitoire contre «l'adoration de l'antique veau d'or» par un appel aux «maîtres financiers» mais aussi aux gouvernements, pour qu'ils réalisent «une réforme financière qui soit éthique». Il considère cette étape comme la clé d'une «réforme économiq...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant