Le pape dénonce le crime organisé en Calabre

le
0
LE PAPE FRANÇOIS EN VISITE EN CALABRE
LE PAPE FRANÇOIS EN VISITE EN CALABRE

CASSANO ALL'JONIO Italie (Reuters) - Le pape François s'est rendu samedi en Calabre, fief de la 'Ndrangheta dans le sud de l'Italie, où il est allé à la rencontre de détenus pour les inciter à choisir la voie de la réinsertion en sollicitant la "grâce de Dieu".

Le souverain pontife a saisi l'occasion de sa visite dans la prison de Castrovillari pour y rencontrer le père d'un garçon de trois ans, tué avec son grand-père en janvier dans le cadre d'un règlement de comptes du crime organisé.

Les corps calcinés de ce garçon, Nicola "Coco" Campolongo, de son grand-père Giuseppe Iannicelli et d'une femme avaient été retrouvés dans la carcasse d'une voiture incendiée à Cassanno All'Jonio, ville qu'a visitée le pape samedi.

"Que jamais plus un enfant doive subir ces souffrances. Je prie constamment pour lui. Ne perdez pas espoir", a dit François à la famille de l'enfant, selon les propos rapportés par son porte-parole.

Les parents de "Coco" Campolongo ont été impliqués dans du trafic de drogue au profit de la 'Ndrangheta. Les services sociaux ont été critiqués pour avoir confié l'enfant à son grand-père maternel, lui-même condamné pour trafic de drogue et en liberté sous caution.

Dans cette prison qui accueille nombre de membres du crime organisé, le pape a déclaré aux détenus que le temps passé derrière les barreaux ne devait pas être perdu mais utilisé pour "demander et obtenir la grâce de Dieu".

La 'Ndrangheta est une organisation plus difficile à infiltrer que la mafia sicilienne pour la police en raison de sa structure moins hiérarchique et plus horizontale, mais aussi de sa plus grande discrétion.

Selon une étude réalisée en 2013 par Demoskopia, un institut de recherche économique et sociale, les revenus annuels de la 'Ndrangheta s'élèvent à 53 milliards d'euros dans 30 pays, soit l'équivalent de 3,5% du PIB de l'Italie. Environ la moitié de ces revenus provient du trafic de drogue, selon cette étude.

(Philip Pullella; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant