Le pape célèbre la mémoire de convertis chrétiens en Ouganda

le
0
    NAMUGONGO, Ouganda, 28 novembre (Reuters) - Le pape François 
s'est rendu samedi sur le plus important lieu saint d'Ouganda où 
il a célébré une messe devant des dizaines de milliers de 
fidèles réunis sur des collines entourant le sanctuaire érigé à 
la mémoire de martyrs chrétiens tués au XIXe siècle pour leurs 
convictions religieuses. 
    François a célébré la mémoire de 25 convertis anglicans et 
de 22 catholiques qui furent tués lors de persécutions, et pour 
la plupart brûlés vifs, entre 1884 et 1887 sur ordre du roi 
Buganda Mwanga II. 
    L'un de ces convertis au catholicisme, Charles Lwanga, 
occupait les fonctions de précepteur à la cour royale où il 
était en charge des jeunes pages. Il fut tué pour avoir tenté de 
protéger les enfants des avances sexuelles du souverain. 
    Après leur conversion à la chrétienté, ces nouveaux fidèles 
tentèrent de propager leur foi à d'autres communautés. 
    "Ils firent cela dans une période dangereuse", a commenté le 
pape lors la messe célébrée sur une dalle de béton installée au 
centre d'un lac artificiel sur le sanctuaire près de la capitale 
Kampala. 
    Les catholiques représentent aujourd'hui environ 40% de la 
population ougandaise et les églises administrent de nombreuses 
écoles et hôpitaux à travers le pays. 
    L'homophobie est un sentiment répandu en Ouganda depuis 2013 
lorsqu'une loi a renforcé les sanctions visant les homosexuels. 
Des députés avaient proposé de sanctionner les relations entre 
deux personnes de même sexe par la peine capitale ou la 
réclusion à perpétuité. 
    La loi avait été annulée pour des raisons de procédure après 
que le secrétaire d'Etat américain John Kerry l'eut comparée à 
la législation antisémite adoptée par l'Allemagne nazie et que 
des pays occidentaux soutenant financièrement l'Ouganda aient 
fait part de leur réprobation. 
    Les militants de la cause homosexuelle avaient déclaré avant 
la venue du pape qu'ils espéraient que ce dernier exprimerait un 
message de tolérance en leur faveur. 
    Le Saint-Père a ensuite participé à un rassemblement de la 
jeunesse à Kampala au cours duquel il a écouté les récits faits 
par deux jeunes Ougandais, l'un enrôlé comme enfant soldat et 
l'autre née avec le virus VIH. 
    Le pape quittera l'Ouganda dimanche matin pour se rendre en 
République centrafricaine, troisième et dernière étape de sa 
visite en Afrique, sans doute la plus dangereuse. 
    Des mesures de sécurité ont été mises en oeuvre par les 
militaires français et par les soldats de la mission de l'Onu en 
Centrafrique pour assurer la protection du pape à Bangui. 
     
 
 (Philip Pullella et Edith Honan; Pierre Sérisier pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant