Le pape bouscule le modèle productiviste coréen

le
1
Le pape François réconforte des proches des victimes du naufrage du Sewol lors de la cérémonie de béatification de 124 Coréens.
Le pape François réconforte des proches des victimes du naufrage du Sewol lors de la cérémonie de béatification de 124 Coréens.

La "papamobile" blanche fend la marée humaine amassée au coeur de Séoul et, soudain, s'arrête. Sous la chaleur moite, François descend sur la chaussée et part à la rencontre des familles des victimes du naufrage du Ferry Sewol massées devant une banderole rageuse "Révélez la vérité sur le Sewol". Elles sont en colère contre le gouvernement de la présidente Park Geun-hye, l'accusant de ne pas faire toute la lumière sur ce drame qui a englouti plus de 300 personnes, pour la plupart lycéens. "Priez pour nous pour que ce genre de tragédie ne puisse se reproduire, s'il vous plaît. N'oubliez pas les victimes du Sewol", lance le père d'une victime, lui tendant une lettre. Le pape lui prend les deux mains et sourit, en secouant la tête. La scène retransmise sur les écrans géants déclenche les hourras des 800 000 personnes massées sur l'artère historique de Gwanghwamun au coeur de la mégalopole sud-coréenne. Les familles des victimes du naufrage font partie de la fête, grâce à l'intervention de François qui les a ajoutées à la liste des invités à la béatification de 124 martyrs coréens, l'un des points d'orgue de sa visite de cinq jours dans la péninsule. Un geste politique en direction d'opposants au gouvernement conservateur de Park Geun-hye, qui est l'hôte du pape. Une pierre dans le jardin de la présidente conservatrice qui l'a accueilli à l'aéroport et qui est sous le feu des critiques de la gauche. Devant la popularité de rock-star...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le samedi 16 aout 2014 à 19:40

    Le jésuite sait manipuler la foule avec maestria. Il sait que les textes n'intéressent plus grand monde mais que les sujets d'atualités vomis par les media de façon ininterrompus conditionnent la foi plus que la lecture des evangiles.