Le pape attendu à Lesbos avec les chefs de l'Eglise orthodoxe

le
0
    LESBOS, Grèce/CITE DU VATICAN, 15 avril (Reuters) - Le pape 
François se rendra samedi avec le chef spirituel de l'Eglise 
orthodoxe, le patriarche de Constantinople Bartholomée, sur 
l'île grecque de Lesbos, en première ligne dans la crise 
migratoire qui secoue l'Europe. 
    Le chef de l'Eglise catholique sera également accompagné de 
Hiéronyme II, le chef de l'Eglise orthodoxe grecque.  
    Les trois dignitaires visiteront le camp de Moria, où sont 
détenus plus de 3.000 réfugiés depuis que l'Union européenne et 
la Turquie ont conclu le mois dernier un accord pour freiner le 
flux de réfugiés vers l'UE. Nombre de réfugiés de Moria seront 
renvoyés en Turquie si leur demande d'asile est rejetée.  
    François, Bartholomée et Hiéronyme rencontreront 250 
demandeurs d'asile et déjeuneront avec huit d'entre eux dans un 
container qui sert d'abri provisoire pour les migrants, avant de 
rejoindre le port de Lesbos où le pape prononcera un discours et 
où les trois religieux réciteront une prière pour les migrants 
morts en tentant de rejoindre l'UE. 
    Le pape François a souvent pris la défense des réfugiés et 
encouragé les paroisses catholiques à les accueillir. L'un de 
ses premiers voyages après son élection en 2013 fut une visite 
sur l'île sicilienne de Lampedusa qui, tout comme Lesbos 
aujourd'hui, accueillait alors des milliers de réfugiés. 
    Au-delà de son aspect humanitaire, cette visite a aussi pour 
but de favoriser le rapprochement entre Eglises catholique et 
orthodoxe. 
    François a déjà rencontré le chef de l'Eglise orthodoxe 
russe, le patriarche Cyrille, à l'occasion de son voyage à Cuba 
en février, une première depuis le Grand Schisme de 1054. 
  
    L'animosité entre chrétiens d'Orient et d'Occident perdure 
depuis le sac de Constantinople par les croisés en 1204.  
    Des étudiants en théologie orthodoxe ont réclamé 
l'annulation de la visite du pape à Lesbos, faute de quoi "les 
conséquences seront désastreuses".  
    "Si le pape de Rome voulait offrir une aide substantielle 
aux migrants, il aurait pu créer quelque part en Italie, avec 
l'argent du Vatican, un centre de réception digne pour les 
réfugiés", a déclaré l'évêque Amvrosios de Kalavrita.  
    La venue annoncée du pape a été l'occasion d'un grand 
nettoyage sur l'île, témoignent les organisations humanitaires. 
Plusieurs dizaines de migrants ont été transférés de Moria vers 
un centre où le pape ne se rendra pas, les murs ont été réparés 
et repeints.  
    "A défaut d'autre chose, la visite du pape offrira à la 
moitié des prisonniers de meilleures conditions de vie pendant 
quelques jours", a déclaré Alison Terry-Evans, qui dirige Dirty 
Girls, une ONG qui s'occupe de laver les vêtements des réfugiés. 
 
 (Karolina Tagaris et Philip Pullella; Jean-Stéphane Brosse pour 
le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant