Le pape a vu Kim Davis, icône des anti-mariage pour tous aux USA

le
0

LOS ANGELES, 30 septembre (Reuters) - Le pape François a secrètement rencontré lors de sa visite aux Etats-Unis une employée des greffes d'un comté du Kentucky devenue une figure des anti-mariage pour tous pour avoir refusé de délivrer des certificats de mariage à des couples homosexuels, a déclaré son avocat sur CBS News. Kim Davis, inculpée pour outrage à magistrat et brièvement détenue, a refusé d'appliquer l'arrêt de la Cour suprême des Etats-Unis qui a légalisé fin juin le mariage homosexuel dans l'ensemble des Etats de l'Union. (voir ID:nL5N1194UM et ID:nL8N0ZC39L ) Interrogé par CBS News, son avocat, Mat Staver, a déclaré que le pape avait rencontré sa cliente et son mari jeudi dernier à la nonciature du Vatican à Washington. Le chef de l'Eglise catholique lui a prodigué des mots d'encouragement, lui disant de "rester forte", a-t-il poursuivi. Le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, n'a fait aucun commentaire, refusant de confirmer ou d'infirmer cette entrevue. D'après Staver, cette rencontre était jusqu'à présent restée secrète pour ne pas brouiller le message du pape lors de sa visite aux Etats-Unis. "Nous ne voulions pas que la visite du pape soit éclipsée par l'affaire Kim Davis", a-t-il expliqué. Le pape François a lui-même attendu que sa visite historique aux Etats-Unis soit achevée pour s'aventurer dans le débat sur le mariage des homosexuels, affirmant le droit à l'objection de conscience. Dans l'avion le ramenant dans la nuit de dimanche à lundi vers Rome, il a estimé qu'un fonctionnaire ou un dépositaire de l'autorité publique devait être autorisé à s'abstenir d'accomplir des actes allant à l'encontre de ses convictions religieuses. François répondait à une question posée par un journaliste sur Kim Davis. "L'objection de conscience doit s'intégrer à toute structure judiciaire parce qu'elle est un droit", a-t-il dit. "Si on n'autorise pas autrui à être objecteur de conscience, on le prive d'un droit", a-t-il insisté. (voir ID:nL5N11Y43Y ) (Alex Dobuzinskis avec Philip Pullella à Rome; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant