Le panache radioactif attendu au-dessus de la France

le
0

« Il n'y aura pas de conséquences sur la santé de la population française lorsque la radioactivité arrivera en France, même pour les nouveau-nés ou les enfants à naître. » Si l'Hexagone devrait être -- sans contestation possible -- survolé demain ou jeudi par un panache contaminé en provenance du Japon, l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a tenu hier à désamorcer toute psychose. Non, « il n'y a pas de précautions à prendre en France ». Et, oui, « les enfants peuvent sortir ». « Il est inutile de les cloîtrer ou de se précipiter dans les pharmacies pour acheter des comprimés d'iode », a insisté hier le directeur de la radioprotection humaine de l'IRSN, Patrick Gourmelon.

Même les associations écologistes indépendantes, comme Greenpeace et la Criirad, reconnaissent que les risques sont pour l'instant minimes dans l'Hexagone. A condition que la situation n'empire pas au c½ur de la centrale de Fukushima, qui a une nouvelle fois donné hier des sueurs froides aux experts nucléaires. Hier après-midi, l'entreprise Tepco a ordonné l'évacuation temporaire des ouvriers après avoir constaté des dégagements inexpliqués de fumée noire sur le bâtiment du réacteur no 3 et des rejets de vapeur d'eau sur le bâtiment du réacteur no 2.

Deux réacteurs dans un état critique

Or, en l'absence de sources de refroidissement, ces deux réacteurs sont dans un état critique. Alors que les rejets radioactifs sont continus depuis plus de dix jours, le gouvernement nippon a décidé d'interdire la vente du lait produit à Fukushima. Certains écologistes affirment même que les vaches restées sur place devraient être considérées comme « des déchets radioactifs ». La commercialisation des épinards et du kakina, un légume japonais à feuilles vertes, cultivés dans quatre préfectures proches de la centrale a également été interdite.

« Nos principales ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant