Le paludisme "hors de contrôle" dans l'est de la RDC, dit MSF

le
0
    NAIROBI, 9 juin (Fondation Thomson Reuters) - Le paludisme 
est actuellement "hors de contrôle" dans l'est de la République 
démocratique du Congo (RDC), et de nombreux parents laissent 
leurs enfants malades mourir chez eux parce qu'ils n'ont pas les 
moyens de les faire soigner, selon Médecins sans Frontières 
(MSF). 
    Les enfants de moins de 13 ans représentent 80% des 45.000 
malades du paludisme que MSF a soignés au cours des quatre 
dernières semaines dans la province du Haut-Uele, frontalière du 
Soudan du Sud, dans le nord-est de la RDC.  
    "La situation échappe à tout contrôle", a dit à Reuters 
Stéphane Reynier de Montlaux, coordinateur des services 
d'urgence de l'ONG pour la RDC, joint par téléphone. "De 
nombreuses personnes meurent (...). Ce sont les enfants qui en 
sont les premières victimes." 
    Le gouvernement de Kinshasa a demandé à MSF d'intervenir 
après avoir enregistré plus de 93.000 cas de paludisme dans 
quatre zones sanitaires de la province du Haut-Uele au cours des 
16 premières semaines de l'année - soit près de quatre fois plus 
que les chiffres pour 2015. 
    Le paludisme est la première cause de mortalité en RDC. On y 
a enregistré 21 millions de cas en 2013, soit le deuxième total 
le plus élevé, au plan mondial, après le Nigeria, selon les 
données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 
    L'est de la RDC, où de nombreuses milices sont actives, est 
en proie à l'instabilité depuis le conflit régional des années 
1996-2003. 
    Quatre enfants sur dix chez lesquels MSF a diagnostiqué le 
paludisme souffrent aussi de malnutrition, si bien qu'il est 
plus difficile de les guérir. 
    MSF a admis 1.600 malades du paludisme à l'hôpital au cours 
des quatre dernières semaines car ils avaient besoin de soins 
intensifs, comme des transfusions sanguines ou une 
oxygénothérapie 
 
 (Katy Migiro; Eric Faye pour le service français; La Fondation 
Thomson Reuters est la fondation caritative de Thomson Reuters 
dédiée à la couverture des sujets humanitaires et liés aux 
droits des femmes, à la lutte contre la corruption et au 
changement climatique.; http://www.trust.org) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant