Le palladium victime de son succès

le
0

(Commodesk) Le Palladium devrait connaître un déficit d'offre cette année, selon le minier américain Stillwater Mining. Dans son étude de marché publiée cette semaine, il estime que la hausse de la demande durera encore plusieurs mois. Stillwater Mining, premier producteur américain de métaux du groupe platine (PGM), fournit directement les constructeurs automobiles nord-américains. 

L'engouement pour le palladium s'explique par deux raisons. D'abord, l'augmentation de l'écart des prix entre le platine et le palladium justifie la substitution de plus en plus fréquente du second au premier. Le 28 septembre en séance, le palladium valait 638 dollars l'once sur le LME, contre 1.663 dollars pour le platine. De plus, la progression des ventes d'automobile, à l'échelle mondiale, grâce aux pays émergents, tire les besoins en pots catalytiques. 81 millions de véhicules devraient être fabriqués en 2012, et le taux de croissance de la production automobile devrait être de 4% jusqu'en 2025.

Or, les pots catalytiques, historiquement fabriqués à partir de platine, sont désormais souvent confectionnés avec du palladium. Jusqu'à la fin des années 1980, il fallait deux grammes de palladium pour remplacer un gramme de platine, ce qui n'était pas rentable pour les industriels. Mais les nouvelles techniques permettent aujourd'hui d'utiliser exactement la même quantité. En 2011, l'industrie automobile a absorbé les deux tiers de la consommation industrielle de palladium.

Le déficit d'offre de palladium pourrait être comblé au cours de l'année 2013 par la hausse de la demande, qui entraînera une hausse des cours. Les industriels pourraient alors être tentés de revenir au platine ou encore d'utiliser du rhodium, également substituable dans certains cas.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant