Le palais du président yéménite à Aden bombardé

le
0

* Aden théâtre de très violents combats * Un avion a bombardé le QG du président Hadi à Aden * Les combats au sol ont fait 13 morts * La lutte pour le pouvoir s'accentue entre Sanaa et Aden (Actualisé avec bombardement du palais présidentiel à Aden) par Mohammed Mukhashaf ADEN, Yémen, 19 mars (Reuters) - Un avion non identifié a bombardé jeudi le site où s'est installé le président Abd-Rabbou Mansour Hadi à Aden, dans le sud du pays, après de très violents combats au sol dans le secteur de l'aéroport, apprend-on auprès des autorités et des habitants. Ces combats ont fait 13 morts, a déclaré le gouverneur d'Aden, Abdelaziz ben Abtour dans un discours à la télévision. L'appareil inconnu a largué une bombe ou tiré un missile sur un bâtiment du quartier d'Al Maachik d'Aden, où s'est installé le président Hadi après avoir fui la capitale, Sanaa, en février. La défense antiaérienne a riposté. De la fumée était visible au-dessus du site. La présence du président Hadi sur les lieux n'a pas été confirmée. Un autre avion qui tentait de s'approcher a été repoussé par des tirs de DCA. Selon, un de ses conseillers, le président Hadi "a été mis en lieu sûr". Il y a bien eu un raid, mais pas de victimes, a-t-il ajouté. La situation est sous contrôle au palais présidentiel et il n'y a rien à craindre, assurent quant à elles les forces de sécurité. Cette attaque et les combats au sol marquent une aggravation du conflit qui oppose le président Abd-Rabbou Mansour Hadi et ses fidèles aux milices chiites houthies, qui ont pris le contrôle de Sanaa en septembre. Soutenues par l'Iran, elles sont proches de l'ancien président Ali Abdallah Saleh. Dans la capitale, les habitants ont dit constater un nombre inhabituel de survols d'avions militaires. Dans la matinée, les forces fidèles au président Hadi se sont emparés de l'aéroport international d'Aden et d'une base militaire toute proche, ont rapporté des habitants. Le général Abdel-Hafez al Sakkaf est retranché dans cette base depuis plusieurs jours. Il a refusé de renoncer au commandement des forces spéciales de la ville, bien que le président lui en ait donné l'ordre, explique-t-on dans les milieux chargés de la sécurité. Le trafic aérien a été interrompu. Selon des témoins, de nombreux soldats des Forces spéciales ont été faits prisonniers sur la base d'Al Saoulaban, située dans le quartier de Khor Maksar. "La mutinerie de Sakkaf est terminée", a dit un haut responsable. Le général s'est ensuite rendu au gouverneur de la province voisine de Lahdj, selon le journal Aden Al Ghad. Dans un communiqué publié en fin d'après-midi, le Comité suprême pour la sécurité, contrôlé par les Houthis, a demandé l'arrêt des combats à Aden et appelé les deux parties à retourner à la table des négociations, selon un communiqué de l'agence de presse Saba. L'instabilité croissante à Aden a fait passer au second plan les attentats commis par Al Qaïda, longtemps considérée comme la principale menace pour le Yémen. (Avec Noah Browning à Dubai; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant