Le Pakistan déjoue un projet d'évasion de l'assassin de Pearl

le
0
 (Précisions) 
    ISLAMABAD, 12 février (Reuters) - Le Pakistan a arrêté une 
centaine de militants radicaux islamistes lors d'opérations 
menées à Karachi, dans le sud du pays, et déjoué un projet 
visant à faire évader l'assassin du journaliste américain Daniel 
Pearl en 2002, a annoncé vendredi l'armée pakistanaise. 
    Les activistes interpellés appartiennent à Al Qaïda ou au 
mouvement Lashkar-e-Jhangvi (LeJ). Parmi eux figurent deux 
commandants du LeJ et le chef adjoint de la branche d'Al Qaïda 
dans le sous-continent indien (AQSI), Farooq Bhatti, a précisé 
le général Asim Bajwa lors d'une conférence de presse. 
    Ces 97 hommes ont été impliqués dans de nombreux attentats 
contre des bases aériennes, un grand aéroport, plusieurs QG 
régionaux des services de renseignement et des postes de police, 
a précisé l'officier. 
    "Notre conclusion est que tous ces groupes terroristes 
essaient de coopérer les uns avec les autres dans le but de 
commettre des attentats", a déclaré le général Bajwa.  
    Le LeJ et AQSI ont ainsi travaillé en collusion avec le 
Tehreek-e-Taliban, le mouvement taliban pakistanais, a-t-il 
ajouté.  
    L'officier n'a fourni aucun détail sur ces opérations, 
déclarant simplement qu'elles avaient eu lieu récemment.  
    Plusieurs suspects, dont l'un des chefs du LeJ, Naeem 
Bokhari, préparaient l'évasion de Khalid Omar Sheikh, condamné à 
la réclusion à vie pour l'enlèvement et l'assassinat par 
décapitation du journaliste du Wall Street Journal Daniel Pearl 
en 2002. Khalid Omar Sheikh est détenu dans la prison centrale 
d'Hyderabad, au nord-est de Karachi.  
    Le plan d'évasion prévoyait de mettre à contribution six 
kamikazes et 19 autres personnes, a déclaré Asim Bajwa. Plus de 
350 kilos d'explosifs ont été découverts dans un immeuble qui 
servait de repaire aux comploteurs, a-t-il dit. 
    L'armée a diffusé un enregistrement vidéo montrant des 
barils de plastique bleus remplis d'explosifs, des lave-linge 
utilisés pour le transport des armes et munitions, du cordon 
détonant et des dizaines de billes en acier.  
    On peut voir également plusieurs fusils qui ont été dérobés 
à la police lors de précédentes attaques ciblées, a indiqué le 
général Bajwa, selon qui "le plan était prêt à 90%". 
 
 (Asad Hashim; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant