Le Pakistan admet (pour la première fois) la présence de Daech sur son sol

le
0
Le Pakistan admet (pour la première fois) la présence de Daech sur son sol
Le Pakistan admet (pour la première fois) la présence de Daech sur son sol

Les autorités pakistanaises ont toujours nié la présence de Daech sur leur territoire. Pourtant le porte-parole de l'armée a admis, pour la première fois ce jeudi, la présence de l'organisation terroriste au Pakistan, affirmant dans le même temps avoir arrêté des centaines de ses membres. 

 

 «Daech a essayé de s'implanter au Pakistan mais l'essentiel de son groupe a été arrêté», a déclaré Asim Bajwa lors d'un point presse ce jeudi à Islamabad. Quelques 309 personnes ont été interpellées, dont le «cerveau» du groupe Hafiz Umar et son commandant en chef Ali Rehman, a-t-il précisé. Le chef de l'EI pour le Pakistan et l'Afghanistan a pour sa part été tué dans une frappe de drone américaine le mois dernier en Afghanistan.

 

 

Concurrence entre les talibans et l'EI

 

L'armée pakistanaise a déjoué plusieurs attentats de l'EI, prévues contre des ambassades étrangères et l'aéroport d'Islamabad, a ajouté le porte-parole de l'armée Asim Bajwa. Il a en revanche démenti que Daech soit à l'origine de l'attentat qui a tué 73 personnes dans un hôpital de Quetta (ouest du pays) le mois dernier.

 

Cette attaque avait été revendiquée à la fois par l'EI et par le groupe taliban Jamaat-ul-Ahrar. Selon le porte-parole, l'EI tentait par cette revendication «de se faire valoir».

 

Vidéo. Les talibans revendiquent l'attentat de Quetta

Zahid Hussain, éditorialiste de Dawn, l'un des journaux les plus influents du pays, dénonçait dès novembre 2015 l'aveuglement de son gouvernement, qui refusait de voir l'implantation des djihadistes de Daech. Selon lui, de nombreux Talibans fuyant les opérations de l'armée avaient rejoint les rangs de Daech.  

 

Une première apparition en janvier 2015

 

L'EI a réussi à mener plusieurs attaques sur le sol pakistanais, dont l'assassinat de la militante des droits de l'homme Sabeen Mahmud à Karachi en 2015. Il a également ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant