Le paiement sans contact démarre lentement en France

le
2
Autre problème régulièrement pointé par des experts et par les associations de consommateurs: la sécurité des données, qui pourraient être piratées, notamment à l'aide d'applications téléphoniques. (scyther5/shutterstock.com)
Autre problème régulièrement pointé par des experts et par les associations de consommateurs: la sécurité des données, qui pourraient être piratées, notamment à l'aide d'applications téléphoniques. (scyther5/shutterstock.com)

(AFP) - Si près de la moitié des cartes bancaires en circulation en France permettent désormais le paiement sans contact, son usage est moins répandu qu'ailleurs, selon les acteurs de ce secteur, qui en faisaient la promotion vendredi à Bercy.

Le "sans contact" permet de payer des montants inférieurs à 20 euros en approchant sa carte d'un terminal de paiement, sans composer de code confidentiel. L'option est identifiable grâce à un logo représentant des ondes, imprimé sur la carte bancaire.

"L'enjeu ce n'est pas tellement la technologie, c'est plutôt la diffusion des usages", a estimé Axelle Lemaire, la secrétaire d'Etat chargée du numérique, autour de laquelle étaient réunis des représentants des banques, opérateurs téléphoniques, distributeurs et industriels, les acteurs impliqués dans ce secteur.

Le nombre de cartes de paiement sans contact a augmenté de 60% entre 2013 et 2014 pour atteindre plus de 33 millions, selon les dernières données de l'Observatoire du sans contact.

Mais seuls 18% de ceux qui possèdent ces cartes utilisent le paiement sans contact, selon des données du Groupement des cartes bancaires CB, organisation qui chapeaute ce système de paiement côté banques.

Car en face des consommateurs, les commerçants sont encore peu équipés: environ 20% d'entre eux disposent d'un terminal compatible, un taux qui devrait augmenter ces deux prochaines années, avec l'objectif de 100% de terminaux sans contact à horizon 2020.

Les enseignes de la grande distribution font figure de bonnes élèves en la matière, avec 60% de leur parc de terminaux de paiement compatibles sans contact. Selon Carrefour, le temps de paiement en caisse a été divisé par trois grâce au sans contact.

"Pour accélérer ce mouvement, il faut jouer collectif", a estimé Mme Lemaire, suggérant aux banques de réduire les commissions bancaires liées au sans contact pour inciter les commerçants et évoquant également le rôle des collectivités.

Autre problème régulièrement pointé par des experts et par les associations de consommateurs: la sécurité des données, qui pourraient être piratées, notamment à l'aide d'applications téléphoniques.

"Le taux de fraude n'a pas changé dans les pays où le sans contact est très utilisé", assure Olivier Piou, directeur général de Gemalto, "Aujourd'hui c'est beaucoup plus facile de voler un portefeuille dans le métro que de pirater une carte sans contact", selon lui.

"Les applications ont été testées en laboratoire", a indiqué Bruno de Laage, le président du Groupement CB, estimant que la sécurité des cartes n'était pas en cause et rappelant qu'en cas de problème, les transactions frauduleuses étaient remboursées par les banques.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • danykent le dimanche 12 avr 2015 à 09:01

    Sachant que certains se vantent de pouvoir lire votre carte à plus d'un mètre de distance... Et si je me plains à ma banque qu'il y a eu des paiements frauduleux avec ma carte ? Vous croyez vraiment qu'ils rembourseront sans poser de question ?

  • Spineur le samedi 11 avr 2015 à 12:35

    Moneo a été un échec. Pourquoi en serait il différemment pour le PSC ? Pourquoi vouloir a tout prix remplacer la monnaie fiduciaire ? Sans être parano, on a l'impression d'être suivit a la trace.14:30 jean C. prend un sandwich a la boulangerie Y alors qu'il devrait être au boulot. etc...Finalement, on va finir par regretter le troc.