Le pacte Aubry-DSK-Royal irrite les outsiders au Parti socialiste

le
0
François Hollande dénonce un «arrangement» entre les trois poids lourds.

Tout le monde peut gagner, mais il n'y aura qu'un candidat. Vainqueurs dans la course à l'Élysée par une série de sondages, les présidentiables socialistes sont plus que jamais condamnés à s'entendre. Ou du moins selon Martine Aubry… Faute d'avoir pris l'ascendant sur ses rivaux les plus sérieux, la première secrétaire du PS a tenté de les lier à son destin.

Mercredi soir sur France 2, elle a assuré que Dominique Strauss-Kahn, Ségolène Royal et elle-même présenteraient une candidature «commune» aux primaires. Une alliance de poids puisqu'elle réunit trois légitimités: celle de l'opinion pour DSK, celle de l'ex-candidate pour Royal et celle de chef de l'opposition pour Aubry. Les sondeurs sont formels: un «ticket» serait gagnant. Encore faut-il que l'alliage soit durable: pour l'instant, chacun est tenu par le silence des autres, à commencer par celui du directeur général du FMI. Chacun suit une stratégie secrète.

Jusqu'alors alliée avec DSK, Martine Aubry i

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant