Le « oui mais… » du patronat au pacte de responsabilité

le
0

S'il en approuve les orientations, Pierre Gattaz, le président du Medef, reste vigilant sur leur déclinaison concrète.

Un numéro d'équilibriste. Sur le fond, le patronat ne peut pas être mécontent du pacte de responsabilité proposé par François Hollande. Cela fait des années qu'il milite pour la suppression des cotisations familiales acquittées par les seules entreprises et pour une diminution des dépenses publiques. «C'est un discours qui va dans le bon sens, a reconnu Pierre Gattaz mercredi, en réponse aux vœux la veille, de François Hollande. Il y a une prise de conscience de la réalité de la France.» Et l'un de ses proches, d'enfoncer le clou, mais sous couvert d'anonymat: «On ne peut pas faire la fine bouche. Une telle baisse des charges, cela n'avait jamais été fait!»

Il n'est pas question toutefois pour les patrons de sabrer le champagne. Pour des raisons politiques d'abord: le patronat ne veut pas apparaître comme l'instigateur du pacte de respo...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant