Le onze type de la Saint-Bertrand

le
0
Le onze type de la Saint-Bertrand
Le onze type de la Saint-Bertrand

Il faut bien le dire : dans l'imaginaire collectif, le prénom Bertrand est aujourd'hui synonyme de vieillesse. Afin de redorer le blason des " corbeaux brillants ", rien de tel qu'une équipe complète pour souffler sur toute cette poussière. Avec des jeunes, et des moins jeunes.

[BLOCK]Bertrand Laquait (ex-Valenciennes) : Six saisons passées à l'AS Nancy Lorraine, sept à Charleroi, élue ville la plus moche du monde, puis cinq à se coltiner les sermons de Pascal Dupraz dans les oreilles. Après l'ETG, le natif de Vichy n'aura passé qu'une année au VAFC et se retrouve sans club. Avis aux amateurs, Laquait est un fidèle serviteur.

[BLOCK]Ryan Bertrand (Southampton) : Quand on obtient sa première titularisation en Ligue des champions un soir de finale, mieux vaut ne pas se rater. Mission accomplie pour le soldat Ryan, même si son avenir sous le maillot de Chelsea est devenu inenvisageable. Acheté 13 millions d'euros par Southampton cet été, l'international anglais tient son avenir entre ses mains.

[BLOCK]Bertrand Abissonono (ex-Red Star) : Membre de l'équipe de beach soccer du Cameroun, il est surtout l'un des symboles des années galères de l'Étoile rouge. Au sein du club audonien, l'athlétique stoppeur aura assuré le capitanat durant la saison de National en 2011-2012, mais aussi donné beaucoup de bonheur à Bauer. Abisso na bisso.

[BLOCK]Éric Bertrand Bailly (Villarreal CF) : Déjà titulaire au sein de la défense du sous-marin jaune, l'Éléphant grandit à pas de géant après un exercice convaincant l'an passé. Vainqueur de la dernière CAN, sa coiffure à la Jimmy Neutron devrait encore être bien à la mode pour 2015/2016. Comme le disait Plastic Bertrand, ça plane pour lui.

[BLOCK]Bertrand Crasson (ex-Anderlecht) : Ancien diable et six fois champion de Belgique, il était embauché par la RTBF pour faire vibrer les téléspectateurs devant un match de Jupiler League. Mais suite à une dispute conjugale filmée, puis l'envoi de SMS via GSM, Bertrand se voit démis de ses fonctions. " Je te crache à la gueule... Ma priorité est de te détruire, et après je fêterai cela. " Pas cool.

[BLOCK]Bertrand Robert (AEL Limassol) : Une tête de boxeur philippin, une bonne pointe de vitesse et une gauche terrible. En somme, la copie conforme de son frère aîné, un tantinet moins bon. Mais pour le coup, le cadet empoche la mise grâce à son combo " prénoms des années 50 ". Et même le brassard de capitaine, tiens.

[BLOCK]Bertrand Marchand (Stade rennais, puis entraîneur) : Certes, on parle là d'une…












Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant