Le numérique pèse 30 % du marché de la musique

le
0
Le poids des ventes physiques pénalisera encore le secteur cette année, selon le Snep.

Le marché français de la musique enregistrée n'est pas au bout de ses peines, mais il montre des signes encourageants. Pour la dixième année consécutive, le chiffre d'affaires du secteur va encore reculer en 2012. Sur les neuf premiers mois de l'année, les ventes physiques de disques, qui représentaient 70 % du marché à fin septembre, ont chuté de 14,9 %, à 206 millions d'euros, selon le Syndicat national de l'édition phonographique (Snep). Un reflux toujours pas compensé par la progression de 13,8 % des ventes numériques, qui s'établissaient à 90 millions d'euros en cumul à fin septembre.

Point positif, au sein des ventes numériques, le streaming (diffusion en direct de musique sans téléchargement), qu'il soit financé par la publicité ou par abonnement, décolle, tandis que le téléchargement (paiement à l'acte), qui représente environ la moiti...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant