Le nucléaire, point d'achoppement récurrent entre les Verts et le PS

le
3
VIDÉOS - Depuis la «Gauche plurielle» du gouvernement Jospin, les deux partenaires n'ont pas toujours réussi à s'entendre en vue des échéances électorales. Retour sur les grandes étapes d'une amitié pas si évidente

Il y a des amitiés nécessaires, mais encombrantes. Celle qui unit les socialistes et les écologistes depuis près de quinze ans fait partie de celles-ci. Utile, mais délicate à gérer. En témoigne cet énième rebondissement dans leur relation que fut l'accord passé la semaine dernière entre les deux partis en vue de 2012. Un partenariat conclu dans la douleur, sur fonds de désaccords profonds sur l'avenir du nucléaire en France.

L'histoire avait pourtant bien commencé. En 1997, un écologiste intègre pour la première fois un gouvernement, alors que les Verts participent à la vie politique depuis les années 70. C'est le socialiste Lionel Jospin, nommé premier ministre après la victoire de la gauche aux législatives du 1er juin - suite à la dissolution de l'Assemblée nationale par le président Jacques Chirac-, qui leur offre cette opportunité en nommant la chef de file des Verts de l'époque, Dominique Voynet, ministre de l'Environnement et de l'Aménagement du terr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jthom41 le vendredi 25 nov 2011 à 16:18

    Heureusement qu'il y a le nucléaire!! Sinon je ne sais pas de quoi ils pourraient parler d'autre??? Mais qu'ils apprennent déjà la neutronique, avant de dire des conneries , car l'ensemble de cette classe politique ne sait même pas comment fonctionne une centrale..

  • moules13 le vendredi 25 nov 2011 à 13:37

    Pathétique même et surtout avec ses lunettes...

  • M1057855 le vendredi 25 nov 2011 à 13:24

    bravo au veritable courage politique d éva joly , et il m'en coute de le dire