Le nucléaire et les tarifs ont dopé les résultats d'EDF

le
0
The logo of French state-owned electricity company EDF is seen on the France's oldest nuclear power station of Fessenheim
The logo of French state-owned electricity company EDF is seen on the France's oldest nuclear power station of Fessenheim

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - EDF a publié jeudi des résultats en hausse au titre du premier semestre 2014, la performance de son parc nucléaire et la hausse de ses tarifs en France lui ayant permis de compenser la météo défavorable du début d'année.

L'électricien public a confirmé dans un communiqué ses objectifs, qui incluent pour 2014 un résultat brut d'exploitation (Ebitda) en croissance organique d'au moins 3% en excluant sa filiale italienne Edison et ne tiennent pas compte d'un rattrapage tarifaire à venir.

Il a également redit son ambition de générer un flux de trésorerie (cash-flow) positif en 2018 après dividendes et en excluant le projet de compteur électrique "intelligent" Linky.

EDF a enregistré au premier semestre un résultat net part du groupe de 3.117 millions d'euros (+8,3%), un résultat net courant de 3.153 millions (+2,8%), un Ebitda de 9.608 millions (+3,1% dont +2,8% en organique) et un chiffre d'affaires de 36.125 millions (-3,8% en variation brute, -4,2% en organique).

Le groupe vise toujours pour 2014 un montant d'investissements nets compris entre 13 et 13,5 milliards d'euros.

En France, il a bénéficié d'une hausse des tarifs de 5% survenue en août 2013 et sa production nucléaire a progressé de 0,8% à 208,8 térawatts/heure (TWh) grâce à une meilleure maîtrise des arrêts programmés, l'objectif pour 2014 étant maintenu à un niveau compris entre 410 et 415 TWh.

Il va en outre enregistrer un chiffre d'affaires supplémentaire de 850 millions d'euros environ hors taxes en raison d'une hausse rétroactive des factures en France après la décision du Conseil d'Etat d'annuler en partie les tarifs de l'électricité pour la période de juillet 2012 à juillet 2013.

EDF a cependant été pénalisé en Bourse par l'annonce en juin de la ministre de l'Energie Ségolène Royal d'une annulation de la hausse de 5% des tarifs qui était prévue au 1er août et d'une augmentation de moindre ampleur à l'automne. et

L'endettement financier net du groupe atteint 30,6 milliards d'euros à fin juin, en baisse de 2,8 milliards par rapport à fin 2013, ce qui représente un ratio d'endettement financier net sur Ebitda de 1,9 fois.

Son cash-flow après dividendes s'établit à -877 millions d'euros contre +1.018 millions au premier semestre 2013.

L'action EDF a clôturé mercredi sur un cours de 23,485 euros, accusant une baisse de 8,6% depuis le début de l'année après un bond de 83,7% en 2013.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant