Le NPA investit son candidat dans la discorde

le
0
Après le retrait d'Olivier Besancenot, Philippe Poutou, ouvrier aquitain, reprend le flambeau.

Le Nouveau Parti anticapitaliste a «des sueurs froides». La volonté d'Olivier Besancenot de ne pas se présenter une troisième fois à la présidentielle a entraîné des dissensions au sein du NPA entre tenants, ou non, d'un dialogue avec le Front de gauche, qui vient de désigner Jean-Luc Mélenchon comme candidat pour 2012. Samedi soir, c'est Philippe Poutou, ouvrier automobile de 44 ans, délégué CGT de l'usine Ford de Blanquefort (Gironde), qui a été désigné lors de la conférence nationale de ce week-end à Nanterre: un représentant de l'aile dure du parti, hostile à toute forme de dialogue.

Un inconnu en dehors de son parti -pour qui il a déjà été candidat aux législatives et aux régionales- ou des milieux syndicaux. «Pas question d'être un supercandidat comme Olivier Besancenot», a-t-il prévenu, voulant éviter toute «personnalisation». Argument avancé par Besancenot pour justifier son retrait. D'où la crainte du NPA de ne pas rassembler les 500 signat

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant