Le nouvel an chinois de Lavezzi

le
0
Le nouvel an chinois de Lavezzi
Le nouvel an chinois de Lavezzi

Sur le point de s'engager avec le Shanghai Shenhua, Ezequiel Lavezzi a célébré dignement le Nouvel an chinois. Avant tout parce que c'est un fête, mais aussi pour s'habituer aux traditions de sa future terre d'accueil. Récit-fiction.

"Le monde appartient à ceux qui se lèvent à l'heure où je me couche." D'ordinaire, l'emploi du temps d'Ezequiel Lavezzi sonne comme un refrain d'Orelsan. Mais ce dimanche, c'est plein de bonne volonté que l'Argentin s'est levé aux aurores. Non pas pour se rendre à Marseille, où ses coéquipiers disputeront le Classique, mais pour enfiler son legging et filer au parc des Buttes-Chaumont, pour une séance de taï-chi-chuan. Le but : affiner son énergie vitale, ouvrir sa conscience à une dimension supérieure. Mais surtout, envoyer des reprises de volée dans le vent, trouver un sens à sa vie, se mettre à vivre "à la chinoise", avant de s'envoler pour Shanghai, quand le Paris Saint-Germain et le Shenhua se seront mis d'accord. Et préparer son corps à fêter son premier nouvel an chinois, histoire de se mettre dans l'ambiance. Car l'année du singe, c'est pour demain.

Lavezzi vers la Chine

Mah-jong, karaoké et tournée générale de baijiu


Sa technique du "coq d'or se tenant sur une patte" enfin maitrisée, El Pocho passe le reste de sa journée à enchainer les parties de mah-jong en ligne, et à nettoyer sa maison de fond en comble, comme le réclame la tradition. Le tout avec CCTV, la télévision publique chinoise, en fond. Ensuite, El Pocho se gave de raviolis préparés par ses propres soins, l'ingurgitation de raviolis issus du commerce étant l'assurance de passer une année de malheur, selon la tradition. Car oui, le nouvel an chinois est avant tout un enchaînement de traditions. C'est ainsi qu'il a ensuite enfilé son maillot "training" du PSG, son unique vêtement rouge, couleur obligatoire un soir de réveillon chinois, et éteint sa télévision, de peur de tomber sur OM-PSG, l'exposition à la coupe de cheveux de Rémy Cabella portant elle aussi malheur. Muni de quelques pétards, Ezequiel s'est ensuite rendu en Vélib' à Belleville, afin de réveillonner avec ce peuple prêt à l'accueillir. Et à lui offrir 10 millions d'euros par an.



Pas ingrat, il a…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant