Le nouveau Roland-Garros divise toujours 

le
0
La première réunion publique de concertation, lundi soir au siège de la FFT, s'est tenue dans une ambiance surchauffée.

Court Philippe-Chatrier
Court Philippe-Chatrier Crédits photo : JACQUES DEMARTHON/AFP

Le match entre la Fédération française de tennis (FFT) et les opposants au projet de modernisation de Roland-Garros a démarré tambour battant, lundi soir, lors de la première des cinq réunions de concertation. François Douady, le président de la Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne, décoche d'entrée une violente attaque. «Tout ceci est improvisé, c'est un simulacre de débat, il s'agit juste d'amuser un peu la galerie, s'indigne-t-il. On se rend bien compte que tout est déjà ficelé et qu'il n'est pas question de changer quoi que ce soit au projet.» L'objet de son courroux? L'assemblée générale de la FFT portant sur la validation de la convention d'occupation du domaine public (CODP), élaborée avec la Ville de Paris et offrant à la fédération une concession de 99 ans qui inclut les nouvelles installations, doit en effet se tenir avant la fin de la concertation prévue le 20

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant