Le nouveau Premier ministre tunisien a formé son gouvernement

le
0
    TUNIS, 20 août (Reuters) - Le Premier ministre tunisien, 
Youssef Chahed, a annoncé samedi la composition de son 
gouvernement, avec entre autres le maintien à leur poste des 
ministres sortants des Affaires étrangères et de la Défense et 
l'arrivée aux Finances d'une femme, Lamia Zribi.  
    Youssef Chahed a été nommé à la tête du gouvernement par le 
président Beji Caïd Essebsi il y a près de trois semaines après 
la démission le mois dernier d'Habib Essid, qui avait perdu un 
vote de confiance au Parlement. 
    Il négociait depuis avec le parti islamiste Ennahda et la 
formation laïque Nidaa Tounes, qui soutient le président, pour 
former son équipe. 
    La composition du gouvernement doit maintenant franchir 
l'étape clé du vote de confiance des députés. Ennahda, première 
formation représentée à l'Assemblée des représentants du peuple, 
et Nidaa Tounes détiennent ensemble la majorité des sièges. 
    Haut responsable de Nidaa Tounes et proche du président, 
Youssef Chahed, 41 ans, a promis de former un cabinet capable de 
mettre en oeuvre les réformes économiques qui ont pris du retard 
ces dernières années, mais certains observateurs estiment déjà 
qu'il pourrait manquer du soutien politique nécessaire. 
    "Notre pays traverse une période très délicate et nous 
n'avons pas le droit de décevoir le peuple tunisien. J'appelle 
tous les Tunisiens et les partis à soutenir ce gouvernement", 
a-t-il déclaré à la presse samedi au palais présidentiel de 
Carthage. 
    Le nouveau gouvernement réunit des membres de Nidaa Tounes, 
d'Ennahda et d'autres formations politiques ainsi que des 
figures de l'opposition, des personnalités considérées comme 
indépendantes et des proches du puissant syndicat UGTT.  
    Alors que Marouane El Abassi, économiste à la Banque 
mondiale, était donné favori pour le portefeuille des Finances, 
Youssef Chahed lui a préféré Lamia Zribi, une ancienne 
secrétaire d'Etat à l'Investissement et au Développement qui 
présidait depuis trois mois la Banque de financement des PME 
tunisienne. 
    Le portefeuille de l'Intérieur reste confié à Jedi Majdou, 
celui de la Défense à Farhat Horchani et celui des Affaires 
étrangères à Khemaies Jhinaoui.  
    Avant sa démission forcée fin juillet, Habib Essid, un 
technocrate entré en fonction il y a moins deux ans, tentait de 
résister à l'idée du président de former un nouveau gouvernement 
d'union afin de promouvoir de nouvelles réformes économiques, 
qui pourraient se traduire par une baisse de la dépense 
publique.  
    Youssef Chahed et son gouvernement ont hérité d'une 
situation économique délicate: trois attentats importants 
revendiqués par des groupes djihadistes l'an dernier ont fait 
chuter l'activité du tourisme, un secteur clé pour le pays, et 
le chômage atteint 15% dans l'ensemble de la population et bien 
plus chez les jeunes. 
      
 
 (Tarek Amara; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux