Le nouveau Lord-maire de Londres gère un incroyable patrimoine

le
0

EN IMAGES - Il vient d’être élu pour un an mais n’a rien à voir avec le maire de Londres. Ce haut responsable gère un patrimoine immobilier de 3,2 milliards de livres avec des ponts, des marchés, des immeubles... Découverte.

C’est un peu l’homme qui valait trois milliards. Depuis plus de 800 ans, le Lord-maire de la City de Londres règne sur ce territoire d’un peu moins de trois kilomètres carrés, cœur historique et économique de la capitale britannique, mais aussi sur d’immenses possessions immobilières. Sa fonction -différente de celle du maire de Londres, le travailliste Sadiq Khan- remonte à 1189, sous le règne de Richard Coeur de Lion. Le Lord-mayor est élu chaque année par les 25 échevins de la City, eux-mêmes désignés pour six ans, à raison d’un par quartier de la City (ou Ward).

Comme ses prédécesseurs depuis la Grande Charte du Roi Jean de 1215, Andrew Parmley, 60 ans, 689ème Lord-maire de la City, a dû se rendre le deuxième samedi de novembre devant les Cours de Justice Royales, à la frontière entre le quartier de Westminster et la City, pour prononcer son serment devant des représentants de la Reine. Cette parade à bord d’une barque puis d’un carrosse doré tiré par six chevaux -qui trône le reste de l’année au Musée de Londres- et précédé d’un défilé de plusieurs milliers de figurants, a culminé avec un feu d’artifice.

Trois marchés couverts et cinq ponts

Pour l’occasion, Andrew Parmley a revêtu le traditionnel manteau rouge doublé d’hermine, le chapeau à plume noire et un collier d’or avec camée et diamants. Son travail, pendant un an, va être de promouvoir les services financiers de la City et du reste du Royaume-Uni, dans le pays -et en particulier auprès du gouvernement et des parlementaires- et à travers le monde. À la tête d’un immense patrimoine immobilier et culturel, quatrième sponsor culturel du pays derrière la BBC notamment, il gère aussi de nombreux espaces verts hors de la City.

Au total, ce trésor de guerre de la City particulièrement rentable pèse pas moins de 3,2 milliards de livres répartis dans plusieurs fonds. Il recouvre aussi la gestion de cinq ponts sur la Tamise - dont le célèbre Tower Bridge (dont Le Figaro immobilier raconte ici l’inauguration en 1894) - de trois marchés couverts et de vastes espaces hors du territoire du «square mile» comme l’immense parc de Hampstead Heath au nord de Londres et des hectares de forêts. L’organisation possède aussi le centre culturel du Barbican et administre plusieurs écoles.

Le Lord-maire et son conseil ont également autorité sur la police, les écoles, les marchés, la voirie, le port et les ponts de la City. Il a le pas sur tous les citoyens de la Cité, et dans la hiérarchie du pouvoir, seul le monarque lui est supérieur. D’ailleurs un changement de gouvernement ou de souverain ne changerait ni ses droits ni ses pouvoirs. Pendant son office, il devra prononcer pas moins de 800 discours, visiter 30 pays et recevoir les figures de la finance dans sa résidence officielle de la Mansion House.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant