Le nouveau compteur électrique Linky devrait alourdir la facture

le
0
LE NOUVEAU COMPTEUR ÉLECTRIQUE LINKY DEVRAIT ALOURDIR LA FACTURE
LE NOUVEAU COMPTEUR ÉLECTRIQUE LINKY DEVRAIT ALOURDIR LA FACTURE

PARIS (Reuters) - La généralisation en France du compteur électrique "intelligent" Linky alourdira la facture des ménages en raison des changements d'abonnement induits pour 15,1 millions de clients, selon une étude de l'UFC-Que Choisir publiée mardi.

ERDF, la filiale de distribution d'EDF en charge du déploiement de Linky, a toutefois contesté les chiffres avancés par l'association de consommateurs en évoquant des problèmes de méthodologie.

L'entrée dans tous les foyers du nouveau compteur électrique, prévue de 2016 à 2020, a été annoncée début juillet par Jean-Marc Ayrault dans le cadre d'un nouveau programme d'investissements d'avenir.

A raison de 30 euros le nouveau compteur et de 120 euros l'installation, le remplacement d'ici 2020 des 35 millions de compteurs du pays devrait coûter près de cinq milliards, financés par EDF.

En partant des données collectées auprès de 201 foyers, l'étude UFC-Que Choisir estime toutefois que 55% des ménages ne disposent pas d'un abonnement adapté à leurs besoins et met en garde contre les frais et les surcoûts que devrait entraîner Linky, pourtant censé favoriser les économies d'énergie.

Selon l'association, 37% de ménages français paient actuellement un abonnement inférieur à leurs besoins et seront les plus touchés, à hauteur de 674 millions d'euros sur la première année d'installation de Linky.

Ces ménages devraient en effet souscrire des abonnements permettant de consommer des puissances supérieures afin d'éviter des coupures - Linky étant plus précis et donc moins tolérant que les anciens compteurs -, pour un surcoût estimé à plus de 308 millions d'euros par an.

"LE COMPTEUR N'EST PAS GRATUIT"

Ce simple changement d'abonnement, une opération facturée 36,21 euros TTC par ERDF, leur coûtera en outre 366 millions d'euros immédiatement après la mise en place du compteur Linky, selon l'étude.

L'UFC-Que Choisir estime en outre que 18% des ménages paient une puissance d'abonnement trop élevée par rapport à leur consommation et que le changement d'offre induit par le déploiement de Linky, bien qu'entraînant 35 millions d'euros de réduction sur leur facture annuelle, ne leur permettra pas de rentrer dans leurs frais avant plus de 5 ans.

"Au lieu d'être répercutées sur l'abonnement, les économies permises par le compteur seront conservées par ERDF. Le compteur n'est donc pas gratuit : les économies de consommation ne sont pas redistribuées au consommateur mais plutôt 'sans surcoût' pour celui-ci", a estimé l'association.

Marc Boillot, directeur Stratégie et Grands Projets d'ERDF, a cependant déclaré à Reuters que, sur les 300.000 compteurs Linky testés jusqu'ici, moins de 3.000 clients ont demandé à augmenter leur puissance.

Et si Linky permettra dans certains cas de révéler des "anomalies contractuelles", la représentativité de l'échantillon étudié par l'UFC-Que Choisir pose problème, a-t-il ajouté. "Sur 200 compteurs, extrapoler à 10 millions, il y a un problème de méthodologie."

L'association demande néanmoins aux pouvoirs publics d'élaborer une nouvelle grille tarifaire, avec des niveaux de puissance d'abonnement plus précis, et d'imposer la gratuité de la prestation de changement de puissance deux ans après l'installation du compteur Linky.

Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant