Le nouveau 3Suisses, 100% numérique, se donne deux ans pour se redresser

le
0
Le nouveau 3Suisses, 100% numérique, se donne deux ans pour se redresser
Le nouveau 3Suisses, 100% numérique, se donne deux ans pour se redresser

La société de vente à distance 3Suisses a présenté jeudi sa stratégie de relance en deux ans, fondée sur le recours exclusif à la vente en ligne et un renouveau total de son image, après cinq années de lourdes pertes."La marque investira 150 millions d'euros sur deux ans, pour promouvoir le nouveau site internet 3Suisses.fr, accessible depuis le 24 août", a indiqué à l'AFP le directeur général Eric Dubois.L'objectif de ce pari est "un retour à la profitabilité en 2016", a-t-il précisé.3Suisses a réalisé environ 400 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2013. Mais au total depuis 2009, les pertes ont atteint 300 millions d'euros, dont 62 millions en 2013, année de la reprise à 100% de sa maison mère, 3SI, par le groupe allemand de vente à distance Otto, qui en partageait auparavant le contrôle avec la Société financière de participation (FIPAR) de la galaxie familiale nordiste Mulliez (Auchan, etc.).Unique canal de vente désormais, après l'annonce en avril de la suppression du gros catalogue traditionnel des 3Suisses, le site internet a été "entièrement refondu et modernisé", pour être la "vitrine de la métamorphose de la marque", a souligné M. Dubois.Pour inciter les clients potentiels à visiter ce site, un "écosystème" a été conçu autour de lui: changement de l'identité visuelle avec un nouveau logo, nouvelle campagne de publicité (la dernière remontait à 2010) centrée sur les radios et télévisions, relayée et amplifiée par les médias numériques et les réseaux sociaux, et invention d'un nouveau média papier, le "magalogue".Entre magazine et catalogue, cette revue publiée 10 fois par an sera le reflet de l'adaptation plus rapide de collections saisonnières plus variées, offertes aux clients. "Non pas un catalogue, mais un moyen de communication permanent adressé par la poste à nos clients", a résumé le directeur chargé du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant