Le non du Conseil national syrien à François Hollande

le
0
INTERVIEW - Bouran Ghalioun, ex-président du Conseil national syrien, une des principales composantes de l'oppositon, estime qu'il est «prématuré» de parler de la formation d'un gouvernement provisoire en Syrie.

Le FIGARO.- L'opposition sera-t-elle bientôt capable de former un gouvernement provisoire, comme la France le souhaite?

Bouran GHALIOUN.- Je ne vois pas pourquoi la France insiste pour avoir un gouvernement provisoire, alors que les pays du groupe des «Amis de la Syrie» ne sont pas d'accord entre eux sur cette proposition. C'est prématuré d'en parler. La formation d'un cabinet provisoire n'est pas assez préparée. Cela risque d'être un motif de discorde entre les membres du Conseil national syrien (CNS) et l'extérieur.

Des conditions préalables doivent être réunies: tout d'abord, qu'il y ait une entente entre les différentes composantes de l'opposition. C'est très important: on ne peut pas soulever cett...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant