Le «non» d'Hollande au gaz de schiste

le
0
François Hollande a donné un gage aux antigaz de schiste en demandant à Delphine Batho «de prononcer sans attendre le rejet des sept demandes de permis déposés auprès de l'État».

François Hollande a-t-il définitivement fermé pour son quinquennat le dossier politiquement sensible des gaz de schiste? Telle est l'opinion de José Bové, l'eurodéputé Vert devenu début 2011 le porte-drapeau des opposants à l'exploitation de ces hydrocarbures piégés dans la roche-mère, qui savourait sa victoire vendredi au palais d'Iéna. «C'est une décision très positive, ça met un point final» aux explorations.

De fait, le chef de l'État a adopté une position plus tranchée qu'attendu. Au point de surprendre des fonctionnaires et conseillers du ministère de l'Écologie, de Bercy et même de l'Élysée, où l'on commentait sobrement: «C'est sa politique à lui.» François Hollande a estimé «souvent exagérées» «les considérations sur l'ampleur des gisements» du sous-sol hexagonal. Et, a-t-il insisté, «personne ne peut affirmer que l'exploitation des gaz et huiles de schiste par fracturation hydraulique, seule technique aujourd'hui connue, est exempte de r

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant