Le nombre de réfugiés syriens dépasse les trois millions-Onu

le
0

GENEVE, 29 août (Reuters) - Trois millions de Syriens sont enregistrés en tant que réfugiés dans les pays limitrophes de la Syrie à la date de vendredi, soit un million de plus qu'il y a un an, annonce l'Onu. Si l'on ajoute les 6,5 millions de déplacés à l'intérieur de la Syrie, cela signifie que "près de la moitié des Syriens ont déjà dû quitter leur maison ou ont été forcés de fuir pour sauver leur vie", écrit le Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR) dans un communiqué. "La crise syrienne est devenue la plus importante situation d'urgence humanitaire de notre ère et pourtant le monde ne répond pas aux besoins des réfugiés et des pays qui les accueillent", déplore Antonio Guterres. La plupart des réfugiés sont hébergés par les pays voisins de la Syrie, avec les plus fortes communautés au Liban (1,14 million), en Turquie (815 000) et en Jordanie (608 000). Les autres sont principalement en Irak et en Egypte. En plus des trois millions de réfugiés dûment enregistrés - dont la moitié sont des enfants -, le HCR estime à plusieurs centaines de milliers le nombre de Syriens qui ont trouvé refuge à l'étranger. Un nombre croissant de familles arrivent dans les pays hôtes dans un état épouvantable, épuisées, apeurées et en ayant épuisé leurs économies, souligne l'agence onusienne. "La plupart d'entre elles sont déplacées depuis un an ou plus, fuyant de village en village avant de finalement prendre la décision de quitter la Syrie." VOYAGE DE PLUS EN PLUS DUR "Des signes inquiétants prouvent également que le voyage depuis la Syrie devient plus difficile. Beaucoup sont forcés de verser de l'argent à des barrages armés qui prolifèrent le long des frontières. Les réfugiés qui traversent le désert vers l'est de la Jordanie sont obligés de payer des passeurs (à raison de 100 dollars par personne ou davantage) qui les amènent vers la sécurité", poursuit le communiqué. Les Syriens constituent désormais la plus importante population réfugiée sous les auspices du HCR. "C'est la seconde population en nombre après celle des réfugiés palestiniens, une crise qui dure depuis des décennies" et qui relève d'une autre agence de l'Onu, l'Office de secours et de travaux pour les réfugiés palestiniens (UNRWA). L'intensification des combats en Syrie, notamment dans les provinces d'Alep et de Rakka, fief des extrémistes de l'Etat islamique, ne fait qu'aggraver une situation déjà désespérée, souligne le HCR. "Les lignes de front sont mouvantes et de nouvelles zones se vident. Par exemple, les récents arrivants en Jordanie fuient des attaques dans les régions de Rakka et d'Alep", pourtant très éloignées de la frontière jordanienne, précise le communiqué. En trois ans, le conflit syrien a fait plus de 191.000 morts, selon un rapport de l'Onu publié la semaine dernière. (Stéphanie Nebehay; Tangi Salaün pour le service français) )

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant