Le nombre de propriétaires britanniques est en chute libre

le
10

En Grande-Bretagne, la proportion de propriétaires est au plus bas depuis 30 ans. Elle a chuté de 63,8%, un plus bas historique depuis 1986. Résultat d’une hausse des prix déconnectée de celle des revenus.

Si l’achat immobilier reste une obsession nationale au Royaume-Uni, la proportion de la population anglaise propriétaire de son logement a chuté à 63,8%, un plus bas depuis 1986, résultat d’une hausse des prix déconnectée de celle des salaires, révèle mardi une étude. Dans les années 1980, le premier achat immobilier se faisait à un prix moyen pour le Royaume-Uni inférieur à 30.000 livres (35.400 euros) tandis qu’en 2015, il fallait débourser 150.000 livres en moyenne dans le pays et 330.000 livres à Londres, rappelle cette étude réalisée par le cercle de réflexion Resolution Foundation.

Le cas le plus extrême est la capitale britannique, où le pourcentage de propriétaires s’établit à 40%, mais la chute affecte également des villes comme Manchester (-14 points par rapport à 2003 à 58%), alors que le plus haut national avait été atteint en 2003 avec 70,8% de propriétaires. «Avec des prix et des apports en hausse constante alors que les revenus ont stagné ces dernières années, il n’est pas difficile de voir pourquoi un nombre croissant de personnes ne peuvent plus accéder à la propriété immobilière», note l’étude.

Économiser 11 ans pour acheter 70m²

Cette tendance est d’autant plus préoccupante que le marché immobilier britannique bénéficie pourtant de taux d’emprunt immobilier historiquement bas et que le gouvernement a mis en place un programme d’aide à l’achat qui permet aux acheteurs de ne disposer pour apport que de 5% de la valeur d’achat du bien. «C’est important pas seulement à cause de la frustration que cela provoque chez ceux qui ne peuvent pas acheter mais à cause de l’impact sur le niveau de vie», estime l’étude, qui constate que les locataires consacrent en moyenne 30% de leurs revenus à leur loyer alors que les emprunts des propriétaires ne représentent que 23% de leurs revenus.

Il y a quelques semaines, Le Figaro Immobilier vous avait fait un inventaire de ce qu’il était possible d’acheter comme bien immobilier dans 19 pays d’Europe avec 200.000 euros, à partir d’une étude du cabinet d’audit Deloitte. Elle montre que Londres est en effet la ville la plus chère du classement avec 11 m2. Cette étude montre que le Royaume-Uni est le pays le moins abordable, ses habitants devant économiser pendant près de 11 ans pour acheter un appartement de 70 m2 contre 3,3 ans en Allemagne. Il en ressort aussi qu’au Royaume-Uni, 200.000 euros permettent d’acheter 39 m2, la surface la plus faible des 19 pays étudiés, suivi de la France (50 m2), l’Italie (84 m2), la Belgique (94 m2) et l’Allemagne (97 m2).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ericlyon il y a 4 mois

    Je le répète puisque certains n'ont pas l'air de comprendre, il est vrai en suivant les bêtises dites dans l'article, ce n'est pas un problème de prix c'est un problème de choix. S'il y a moins de propriétaires, que les prix soient haut ou bas, c'est que les gens ont choisi de privilégier la location à l'achat ce qui est d'ailleurs plus souvent le choix des gens aisés que des gens qui le sont moins.

  • dupon666 il y a 4 mois

    bientot les subprimes à l'europeenne pour pousser les prix

  • sibile il y a 4 mois

    et bien les investisseurs sont des acheteurs, eux aussi ..... et si on en croit les chiffres donnés dans l'article, un taux de propriétaire occupant de 63,8 % en GB, c'est très élevé ... en France, 57% des ménages "seulement " sont propriétaires de leurs logements

  • laurus il y a 4 mois

    À mon humble avis, ils parlent de propriétaires occupants. Les autres sont des investisseurs, des spéculateurs, fonds et particuliers fortunés. Cette concentration de la richesse entre de moins en moins de mains a de quoi inquiéter en effet. Quand on n'a plus l'espoir de réaliser son rêve d’ascension sociale avec son revenu, on commence par être en colère, puis par voter pour... le Brexit par exemple, histoire d'emm...der les nantis qui ont profité du système à outrance.

  • fortunos il y a 4 mois

    IL est evident que le pouvoir d achat du britanique moyen a baissé depuis 30 ans,contrairement aux plus riches dont les revenus ont ete boostés.

  • ericlyon il y a 4 mois

    Voilà pourquoi les gens n'y comprennent rien, quand on voit ce genre d'analyse qui émane pourtant du figaro, un journal qui devrait un peu comprendre la loi de l'offre et de la demande .

  • sibile il y a 4 mois

    si c'est cher, c'est bien qu'il y a des gens pour acheter à ces prix ! si ce n'était pas le cas les prix baisseraient ; çà s'appelle la loi du marché

  • ericlyon il y a 4 mois

    Par contre d'autres critères rentrent en ligne de compte : la mobilité, la confiance en l'avenir, ...

  • ericlyon il y a 4 mois

    Je d'accord avec vous Sibile, je suis toujours surpris de ces analyses sans queue ni tête qui mettent sur le dos des prix le fait que les gens ne sont pas propriétaires de leur logement. Il y a effectivement toujours un propriétaire du logement et si ce propriétaire veut rentabiliser le prix qu'il a payé le logement il doit le louer également très cher et il est donc toujours préférable, surtout avec des taux d'intérêt aussi bas, d'acheter que de louer...

  • sibile il y a 4 mois

    les immeubles appartiennent bien à quelqu'un ....