Le Nigeria part à la conquête du marché africain des jeux vidéo

le
0
Le Nigeria part à la conquête du marché africain des jeux vidéo
Le Nigeria part à la conquête du marché africain des jeux vidéo

"Il est minuit et vous avez été réveillé par le bourdonnement agaçant de moustiques. Tuez-les vite pour pouvoir vous rendormir": cette scène courante du quotidien de nombreux Africains est aussi le scénario d'un jeu vidéo populaire fabriqué au Nigeria.L'industrie des jeux vidéo, qui représentait déjà plus de 63 milliards de dollars (46 milliards d'euros) dans le monde en 2012, devrait atteindre près de 87 milliards (64 milliards d'euros) en 2017, selon une récente étude publiée par PriceWaterhouseCoopers.De jeunes entrepreneurs nigérians ont décidé de s'attaquer au gigantesque marché africain, quasi vierge dans ce domaine. La recette du succès, selon eux: s'inspirer au maximum de leur quotidien à Lagos, mégapole africaine de 20 millions d'habitants, pour créer des jeux qui parlent aux Africains. Hugo Obi est l'inventeur du jeu "Mosquito smasher" ("Tueur de moustiques"), une sorte de version nigériane de "Angry birds". Le principe est simple: il s'agit d'écraser le maximum d'insectes - d'autant plus casse-pied qu'ils sont potentiellement vecteurs de malaria - avec son pouce, en étant salué d'un gratifiant "Splat!"Après 10 ans passés au Royaume-Uni, où il a dirigé une société de recrutement, ce trentenaire nigérian a décidé de rentrer à Lagos pour lancer Maliyo, une société de jeux vidéo en ligne, en 2012.Pour partager les coûts de fonctionnement astronomiques, dans un pays où les coupures de courant quotidiennes obligent à investir dans d'importants générateurs électriques, Maliyo, qui emploie cinq personnes, partage un espace de travail avec huit autres entreprises à Yaba, un faubourg de Lagos. - "Cette touche du quotidien" - Aujourd'hui, Maliyo, qui propose 10 jeux gratuits en ligne à environ 20.000 utilisateurs répartis au Nigeria, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, se prépare à lancer des versions pour smartphones de ses jeux les plus populaires.Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant