Le Nigeria dit avoir repris la ville de Bama à Boko Haram

le
1

(Avec détails, citations) ABUJA, 16 mars (Reuters) - L'armée nigériane a annoncé lundi avoir repris à Boko Haram la ville de Bama, deuxième ville de l'Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria, un succès non négligeable à deux semaines de l'élection présidentielle. La secte islamiste, qui a lancé son insurrection il y a six ans pour établir un califat islamique dans la région, contrôlait cette localité depuis septembre dernier. "Les opérations de nettoyage sont en cours", a indiqué l'état-major sur Twitter. Bama est situé à une soixantaine de km au sud-est de Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno. Des combats s'y déroulaient depuis la semaine dernière et l'armée gouvernementale a entamé sa progression au cours du week-end, selon des sources proches des services de sécurité. Depuis le début de l'année, les islamistes ont progressivement été chassés des Etats voisins d'Adamawa et Yobé et acculés dans une partie de plus en plus réduite de l'Etat de Borno, où ils semblent subir de lourdes pertes. Mais le gouvernement nigérian met en garde contre le risque d'attaques contre des cibles "faciles", déjà fréquentes et meurtrières dans le pays. L'élection présidentielle, initialement programmée le 14 février, a été repoussée au 28 mars officiellement en raison de l'insécurité liée à Boko Haram. Le scrutin, qui s'annonce comme le plus serré depuis la fin de la dictature militaire en 1999, opposera le sortant Goodluck Jonathan, chrétien du Sud, à l'ancien dirigeant militaire Muhammadu Buhari, un musulman du Nord à la réputation de fermeté sur les questions de sécurité. Ces derniers mois, Boko Haram a étendu ses attaques aux pays voisins du nord-est du Nigeria, Tchad, Niger et Cameroun, déclenchant une contre-offensive des forces armées tchadienne et nigérienne. (Julia Payne; Danielle Rouquié et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le lundi 16 mar 2015 à 22:35

    J'espère qu'ils interrogent les prisonniers au chalumeau