Le Nigeria confirme ses ambitions dans le cacao

le
0

(Commodesk) Second producteur mondial de cacao, dans les années 1960, avec une récolte de fèves de 210.000 tonnes par an, le Nigeria voudrait retrouver ce rang.

Le vieillissement des vergers et le désengagement de l'Etat l'a ramené au 4e rang des exportateurs, derrière la Côte d'Ivoire, le Ghana et l'Indonésie, et devant le Cameroun.

Le gouvernement fédéral veut remonter la pente en soutenant les producteurs, et en améliorant la qualité de leur cacao, en fonction des attentes des chocolatiers mondiaux. Il a envoyé dans ce but quatre fonctionnaires en formation en Indonésie, avec l'appui de l'américain Mars, dans le cadre d'un programme de transformation de l'agriculture nigeriane. Ils devront au retour réhabiliter 200.000 hectares de plantations anciennes dans les Etats d'Ondo et Cross River.

La formation sur trois ans de 100.000 producteurs à l'agronomie spécifique du cacaoyer sera financée par la World Cocoa Fundation, associant huit chocolatiers et cinq négociants, en partenariat avec la fondation Gates.

Le Nigeria teste huit variétés de cacaoyers sélectionnés pour leur productivité, leur maturité plus rapide, le goût du cacao produit ou leur bonne résistance à la pourriture brune des cabosses. Toutefois, d'après un agronome du Cirad interviewé par Commodesk, les maladies ne sont pas les mêmes d'un pays à l'autre, ce qui rend les transplantations aléatoires.

Le Nigeria produit 250.000 tonnes de cacao par an, et l'Indonésie deux fois plus, mais le ministère de l'Agriculture nigérian a fixé à ses cacaoculteurs un objectif de production d'un million de tonnes de fèves à l'horizon 2018.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant