Le Niger sur la ligne de front djihadiste

le
0
Les kamikazes qui ont frappé à Agadez et à Arlit seraient venus du Sud libyen, où ils ont trouvé refuge.

Le Niger vient de payer un lourd tribut à la collaboration à la lutte contre l'islamisme armé dans le Sahel, avec la mort jeudi de 21 de ses ressortissants dans le double attentat au véhicule piégé contre une caserne d'Agadez et une usine d'Areva, le géant français du nucléaire, à Arlit dans le nord-ouest du Mali. Les militaires ont perdu une vingtaine d'hommes, soit un bilan plus lourd que celui des opérations menées par l'armée nigérienne aux côtés des soldats français au plus fort de l'offensive contre les djihadistes dans le nord du Mali.

Les groupes islamistes ont dit avoir mené leurs opérations meurtrières en raison de sa «guerre contre la charia», et menacé de lancer d'autres attaques.

L'un d'eux, celui des Signataires par le sang, qui serait selon un communiqué du groupe toujours dirigé par Mokhtar Belmokhtar, a estimé que les attentats ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant