Le Niger prolonge l'état d'urgence dans la région de Diffa

le
0
    NIAMEY, 30 juillet (Reuters) - Le Niger a prolongé de trois 
mois, jusqu'au 25 octobre, l'état d'urgence dans la région de 
Diffa, dans le sud-est du pays, attaquée régulièrement par les 
islamistes de Boko Haram.  
    "Malgré les différentes prorogations de l'état d'urgence 
dans la région de Diffa et les sanglants revers qui lui ont été 
infligés, la secte Boko Haram continue encore à disposer d'une 
capacité de nuisance", a déclaré le gouvernement nigérien dans 
un communiqué diffusé vendredi soir.  
    Les attaques menées depuis la fin mai par le groupe armé ont 
vidé les villes de Bosso et Yebi près de la frontière nigériane 
dans la région du lac Tchad. Quelque 69.000 personnes ont fui 
les combats, selon le Bureau de coordination humanitaire des 
Nations unies (Ocha). 
    Boko Haram a brièvement pris le contrôle de Bosso début 
juin, lors d'une attaque qui a coûté la vie à 30 soldats 
nigériens. Il s'agissait de l'attaque la plus meurtrière de Boko 
Haram au Niger depuis avril 2015.   
    Des renforts tchadiens ont été déployés pour aider l'armée 
nigérienne à mener une contre-offensive.   
    Boko Haram, qui a lancé une insurrection dans le nord-est du 
Nigeria en 2009, a prêté allégeance l'an dernier à 
l'organisation djihadiste Etat islamique. 
    Les violences commises par le groupe extrémiste nigérian ont 
fait des milliers de morts et 2,1 millions de déplacés.  
 
 (Boureima Balima; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant