Le néo-nazi norvégien Varg veut porter plainte contre la France

le
0
LE NÉO-NAZI NORVÉGIEN VARG VEUT PORTER PLAINTE CONTRE LA FRANCE
LE NÉO-NAZI NORVÉGIEN VARG VEUT PORTER PLAINTE CONTRE LA FRANCE

PARIS (Reuters) - Le néo-nazi norvégien arrêté en Corrèze en juillet a annoncé sur son blog son intention de porter plainte contre les autorités françaises pour son interpellation qu'il juge brutale et infondée.

Il en appelle à cette fin au soutien financier de ses lecteurs.

Soupçonné de préparer un massacre, Kristian Vikernes, dit "Varg", avait été arrêté le 16 juillet avec son épouse française, Marie Cachet, avant d'être relâché après plusieurs jours de garde à vue sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui en matière terroriste.

"Nous voulons poursuivre les autorités qui nous ont arrêté sans aucune bonne raison, de la manière la plus brutale, en présence de nos enfants et qui nous ont également privé, sans aucune raison, de notre droit à posséder des armes", a-t-il écrit mercredi sur son blog.

"Le seul problème est que nous n'avons pas les moyens de les poursuivre, nous ne voyons donc pas d'autre solution que de vous demander de nous aider", ajoute-t-il, soulignant que le casier judiciaire de sa femme est "blanc comme neige" et qu'il n'a jamais commis aucun délit ou crime sur le sol français.

Son avocat, Me Julien Freyssinet, n'était pas joignable dans l'immédiat.

Après son arrestation, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls avait affirmé que le Norvégien, "proche de la mouvance néo-nazie", était "susceptible de préparer un acte terroriste d'envergure" et "constituait donc une menace potentielle".

Aucun projet de telle nature n'a été mis en évidence par les enquêteurs. Il sera toutefois poursuivi pour ses écrits relevant de l'incitation à la haine raciale, a-t-on appris de source judiciaire.

Figure du black metal norvégien, Kristian Vikernes s'est installé en France après avoir été condamné à 21 ans de prison en Norvège dans les années 1990 pour avoir tué un membre du groupe Mayhem. Il a bénéficié d'une libération conditionnelle en 2009.

Il avait reçu le manifeste de l'auteur de la tuerie de l'île Utoya, en juillet 2011 en Norvège et sa femme avait acheté quatre fusils.

Mais "Varg" a nié toute sympathie avec Anders Behring Breivik, et son avocat a justifié l'achat d'armes par la "philosophie de vie" du couple, appelée "survivalisme".

Chine Labbé, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant