Le négawatt pour remplacer le watt nucléaire

le
0

A entendre nos ministres, il n'est pas l'heure de lancer le débat sur les choix énergétiques de la France. L'urgence est à limiter la catastrophe nucléaire en cours au Japon. Mais quoiqu'ils en disent, ce débat a de facto démarré (1). Dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, dans la presse comme au comptoir du bistrot. L'accident en cours à Fukushima conduit légitimement à s'interroger sur le bien-fondé du nucléaire et ses alternatives. J'évoquerai aujourd'hui une piste : le négawatt.

La sobriété énergétique du Grenelle

« L'énergie la plus sûre est celle que l'on ne consomme pas », répète ces jours-ci Nathalie Kosciusko-Morizet alias NKM, la ministre de l'Ecologie. Autrement dit, économiser l'énergie permet de se donner des marges de man½uvre sur le choix des moyens de production. Une association a baptisé de longue date ces watts épargnés, des «négawatts» et propose un scénario de sobriété énergétique. Dans un esprit finalement pas si ü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant