Le Néerlandais Wilders ne veut pas être jugé pour propos haineux

le
0
    AMSTERDAM, 23 septembre (Reuters) - Le député d'extrême 
droite néerlandais Geert Wilders a demandé vendredi que les 
accusations d'incitation à la haine raciale dont il fait l'objet 
soient abandonnées, a annoncé son avocat. 
    Dans des propos tenus en 2014 à la télévision néerlandaise, 
le fondateur du Parti pour la liberté (PVV) avait prôné une 
diminution du nombre de Marocains aux Pays-Bas et avait qualifié 
ces derniers de "racaille".  
    Il encourt une amende de 7.400 euros et un an de prison pour 
discrimination et incitation à la haine raciale. 
    Lors d'une audience préalable au procès, son avocat 
Geert-Jan Knoops a demandé que l'affaire soit classée sans 
suite. Il estime que les propos du député relèvent de la liberté 
d'expression et s'inscrivent dans le cadre du discours 
politique. 
    Geert Wilders a été acquitté d'accusations d'incitation à la 
haine en 2011 pour divers propos dont un appel à l'interdiction 
du Coran, qu'il avait mis sur le même plan que  "Mein Kampf" de 
Hitler. 
 
 (Toby Sterling; Danielle Rouquié pour le service français, 
édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant