Le "naufragé du Pacifique" pris en charge aux îles Marshall

le
0

SYDNEY (Reuters) - Les autorités des îles Marshall et du Salvador tentent toujours de déterminer la véracité du récit d'un homme qui affirme avoir dérivé plus d'un an dans les eaux du Pacifique et survécu en buvant du sang de tortue et en attrapant des oiseaux et des poissons à main nue.

Le "naufragé du Pacifique" a été découvert dans un état de confusion mentale sur un petit atoll de corail sur lequel son embarcation en fibre de verre de sept mètres s'est échouée la semaine dernière.

Il dit s'appeler José Salvador Albarengo (ou Alvarenga, selon l'identité communiquée par les autorités salvadoriennes), être âgé de 37 ans et avoir quitté le Mexique fin décembre 2012 pour chasser le requin avec un camarade.

Pris dans une tempête, son équipée se serait transformée en une incroyable odyssée qui aurait pris fin à 10.000 km de son point de départ. Son compagnon aurait péri dans le premier mois.

Transféré à Majuro, la capitale des îles Marshall, il a été hospitalisé pour une série d'examens médicaux.

"Il a du mal à marcher, ses jambes sont très maigres. Je ne suis pas capable de dire si c'est un canular. J'ai l'impression que ce gars a passé un sacré bout de temps en mer", a déclaré à Reuters Jack Niedenthal, un cinéaste qui vit à Majuro et a pu s'entretenir brièvement avec le naufragé.

Le ministère salvadorien des Affaires étrangères a annoncé dans un communiqué qu'il coopérait avec les autorités mexicaines pour préparer son rapatriement.

De son côté, le gouvernement mexicain a rapporté que le naufragé avait confié à un diplomate mexicain qu'il était originaire du village salvadorien de Garita Palmera, mais que son dernier lieu de résidence était situé à Tonala, une localité du Chiapas, dans le sud du Mexique, d'où il serait parti en mer.

Thuy Ong avec Michael O'Boyle au Salvador; Henri-Pierre André pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant